À part ça… vous jouez à quoi en ce moment ?


#4321

Au sujet d’Inside, si vous avez un peu de temps et une tolérance aux “you know” répétés, le podcast de Tevis Thompson avec Jess Joho soulève des hypothèses intéressantes, qui vont pas mal dans le sens d’Iggy.

Pour rester dans le topic, je viens de commencer Dandy Dungeon, sorti il y a un an au Japon mais traduit par Tim Rogers depuis. C’est dispo en free-to-play sur Android/iOS et c’est fait par d’anciens de Lovedelic/Marvelous/Vanpool. Ca mélange RPG avec un habillage pseudo Dragon Quest, puzzle game pour obtenir les meilleures trajectoires et histoire d’amour non-déclaré un peu méta entre un développeur trentenaire bedonnant et une voisine étudiante qui a la moitié de son âge.

J’ai pas encore assez poussé pour vous dire si ça tente des trucs sur le long terme mais si vous avez aimé Chulip, Little King’s Story ou les Tingle DS, ça vaut le coup d’y jeter un oeil.


#4322

J’aime bien plusieurs des articles de Thompson (notamment Saving Zelda et le truc sur les reviews) et j’adore Inside donc je suis très curieux d’écouter ça.

Ono> oui, on dirait bien que Titanfall 2 est la grande injustice de la fin d’année passée, ignoré à cause de son timing de sortie mal pensé et parce que son multi n’est pas trop intéressant alors que la campagne semble super. Ceci dit je ne l’ai pas encore essayé, pour l’instant son principal point intéressant à mes yeux est que le titan de la campagne a la voix d’Optimus Prime.

J’ai fini Sethian, avec la vraie fin! Et, euh, j’ai pas trop compris pourquoi. Sa force est sa faiblesse: il s’agit vraiment juste de causer philosophie avec un chatbot alien, et donc tout dépend de la qualité du chatbot, qui est finalement pas très élaboré et n’a pas tant de de choses à raconter que ça. D’un côté le fait que ça soit un langage extraterrestre cache pas mal de défauts et apporte une ambiance incroyable, de l’autre ça obscurcit des trucs. Il faut savoir qu’il y a clairement deux phases au jeu, et là je vais un petit peu spoiler la structure qui amène aux deux fins, mais

Spoiler

durant la première on peut (on doit, en fait) entièrement se reposer sur le journal de traduction pour savoir quoi faire ensuite, ce qui fait qu’on ne se sent souvent pas si malin que ça, mais après ça, et si on veut avoir l’autre fin, on est complètement en roue libre pour tirer les vers du nez du chatbot, sans notes pour expliciter les nouveaux mots qu’on doit déduire du contexte et c’est beaucoup plus intéressant

. Et du coup, j’ai fini en tâtonnant, disant un truc qui est visiblement profond mais je ne sais toujours pas pourquoi (il a essayé de m’expliquer, pourtant).

Ceci dit, hein, le jeu coûte une bouchée de pain et l’ambiance est vraiment super tant qu’on ne tape pas dans les limites de l’interpréteur et démontre ce qu’on peut faire avec un écran fixe unique en deux couleurs. J’aimerais le voir refait avec un plus gros budget histoire de rajouter des choses à découvrir.


#4323

J’ai commencé Resident Evil 7 (pc)…
plutôt sympa mais alors, que je suis nul… passé les deux premières heures de jeu je n’ai pas arrêté de crever dans la cave comme une bouse. Il faut dire que le héros et la caméra se traînent et ça peut être assez frustrant dans certaines séquences (penser à prendre l’habitude de tout parer avec L1).
Bon, ce soir j’ai pris mon courage à deux mains et ai enfin passé le blocage. J’espère que ce sera moins rude ensuite car je n’ai plus trop le courage de persévérer en enchaînant les game over…
Aussi, en ce moment je cherche plutôt à me relaxer en jouant, donc le côté stressant des séquences “Alien Isolation” ne me branche pas trop, mais heureusement ce n’est pas en continu.

Le jeu a une bonne ambiance “débile horror” à la Capcom, même s’il faut vraiment faire un effort pour supporter le héros complètement à côté de la plaque, sans parler du scénar. La famille de vilains est quand même bien rigolote, et l’exploration du domaine est prenante. Aussi, le jeu pousse le bouton du nawak à 11 dès la première heure question rebondissements gore, et c’est assez divertissant de ce point de vue.
Si j’ai vraiment passé un pic de difficulté (3h, je viens de trouver la caravane), je vais essayer de continuer, sinon tant pis (on ne peut pas changer de difficulté une fois la partie lancée).

PS: Techniquement, paraît qu’il vaut mieux pousser la résolution au delà de 1 (même 1.2 par exemple) et désactiver Chromatic Aberration. A part ça le port est solide et fluide, et on peut zapper les logos de lancement. :slight_smile:


#4324

Je n’ai fait que la première heure (sur la PS4 Pro du boulot) mais j’ai trouvé ça très chouette.
h+00:10:04 Ouah mais bordel ce doit être super au PSVR ! Vite vite achetons un casque !
h+01:02:23 Ooook jamais de ma vie j’y jouerai au PSVR, ni seul chez moi dans le noir.

Je suis juste inquiet par l’aspect « train fantôme » car c’est un peu la fête du flag de script. Ca fait également bizarre de revenir à ce genre de FOV rikiki, mais ça aide au flip. L’inventaire est bien foutu. Si du staff de PT a effectivement travaillé dessus, je me demande combien d’idées viennent du jeu de Konami.


#4325

Osef de lui, Joey Starr fait la voix d’un méchant.


#4326

Ouah, ça me ferait presque essayer la VF :lol:


#4327

La version PC permet de le modifier. C’est un peu moins frustrant du coup, sans changer fondamentalement la donne vu les environnements étriqués.


#4328

Suivant la fatigue et ce que j’ai ingéré les 24h précédentes, je suis plus ou moins sujet à la cinétose VR. Hier soir, je combinais apparemment tous les mauvais points pour me lancer dans RE7 au casque et ça n’a pas loupé : premiers signes de mal de mer avant même d’entrer dans la maison et abandon au bout de 20min = trop éprouvant. Je retente ce soir car malgré le trauma, ça m’a fait “plaisir” de ressentir physiquement ce que le pawn pourrait ressentir de son côté.

Mais vraiment pas sûr de RE7 en tant que premier AAA VR censé populariser le matos auprès du grand public. Il manque clairement un référentiel visuel à la Robinson et il fait partie des expériences à réserver aux vétérans de la VR, c’est la pire porte d’entrée. De plus, le côté ''baladons-nous dans une maquette" de la VR est encore plus poussé sur ce jeu, je m’étais déjà fait la reflexion sur la demo Kitchen, tous les assets font “petits”, “crades mais mignons” — j’ai hâte d’en voir plus pour confirmer que, chez moi, cet aspect de ratio nuit gravement à la portée horrifique du jeu.

Edit 27/01/2017 : quel jeu ! Le côté maquette dont je parlais n’est pas un grand frein à l’immersion même s’il me sort par endroit (certains persos sont des hommes de Florès). Par contre, je reste des plombes dans chaque pièce en hommage à la narration environnementale et à la qualité de certains rendus. Parmi les plus beaux sets que j’ai pu traverser dans ma vie de joueur, les armées d’enviro artists ayant oeuvré sur RE7 ont à jamais mes remerciements. Même punition pour les chara et animateurs (très beau système de lip-sync d’ailleurs).

  • je tiens toujours entre 20 et 30 min max au casque. Petite pause obligatoire de manière régulière puis ça repart.
  • Oh bonne mère, le sentiment de présence est bien pesant dans certaines situations, j’ai peur.
  • j’ai tenté en normal/pas casque : c’est beau mais trop fin, trop lisse, presque générique. Je préfère encore le côté maison de poupée aux ombres hautes-qualité et anticrénelage partout.
  • je suis d’ailleurs très fan du rendu en VR avec ce casque PSVR Rev1, crade et vibrant comme la VHS de Massacre à La Tronçonneuse
Spoiler

de mon enfance

.

https://www.youtube.com/watch?v=qUwzXglToKE


#4329

Finito !

Titanfall 2 est la meilleure campagne solo du monde, quelle claque ! Tout ce boulot qui suinte de partout ça me rend hystérique, le rythme est super bien géré on ne s’ennuit pas une seconde, les nouvelles trouvailles de gameplay ne durent jamais trop longtemps, la maniabilité est au poil et tellement profonde qu’il est complètement rejouable, je suis encore très pataux mais le potentiel pour mieux jouer est énorme.

Chaque niveau est meilleur que le précédent, je souhaite bon courage à Valve pour faire mieux parce que volontairement ou non, certains moment font vraiment penser à Half Life et Portal. C’est bien le seul moment où je suis content que le JC soit une industrie, seule condition requise pour qu’un gros mastodonte comme celui-ci puisse exister.

J’ai adoré ! Je vais maintenant goutter au multi.


#4330

Ça fait 2000 ans que ça dure, il faut bien finir par s’y faire.

:bouh:


#4331

Ahah, je sais pas d’où vient ce lapsus mais je le laisse comme ça.

Oui non mais sinon j’ai tellement aimé le solo que je le recommence là ! Le multi est CHAUD, trop pour mon niveau actuel, la durée de vie est pire que dans Overwatch.


#4332

J’ai suivi ton exemple et je me suis fait la campagne de Titanfall 2. C’est vrai qu’elle est vraiment super. Courte juste comme il faut, et elle donne l’envie de la relancer à l’occasion, ce qui est assez rare pour du fps.
J’aurais bien échangé les quelques passages de tir au pigeon un peu plus bateau contre d’autres séquences fofolles comme celles de l’usine, mais n’en demandons pas trop non plus. Par contre, l’“extraordinaire” relation avec le robot vendue dans les critiques ne m’a pas enthousiasmé plus que ça. C’est plutôt autour des trouvailles de progression dans les niveaux, et parfois de mise en scène, que le jeu est au dessus de la mêlée.


#4333

RB6 :
Premier jeu qui m’a fait acheter un passe de saison, la livraison du mois vient d’arriver avec un mec capable de lire les traces de pas, et une meuf qui peut poser des vitres sans tain blindée et tirée à travers après avoir pété une sécurité. Je l’ai joué en boucle hier sans arriver à maîtriser ce dernier point qui prend un temps monstrueux en plus de faire du bruit : les mecs en face ont le temps de se barrer, il faut vraiment bien calculer son coup, n’empêche que ça reste cool, la vitre temporise beaucoup les gars qui se retrouvent devant.

Si Titanfall a la meilleure expérience solo, les meilleurs expériences multi sont partagés par RB6 et Overwatch. Kudos à UBI pour le boulot, et je vous encourage à vous y mettre si vous aimez étudier les évolutions de gameplay.

Overwatch :
J’ai décidé que j’allais main Sombra un moment, histoire d’améliorer mon tracking et de vérifier si j’étais toujours vivant à l’intérieur. Je m’amuse bien, mais je try hard.

Ma todo list :

Dégager du temps pour continuer Factorio
Dégager du temps pour continuer Offworld Trading Company
Finir Doom (que j’avais lâché pour commencer et terminer Titanfall 2)


#4334

Je surveille également Rimworld du coin de l’œil, qui est ni plus ni moins ce que Dwarf Fortress aurait du devenir si son créateur ne s’endormait pas sur ses lauriers. En même temps il reçoit toujours ses 7000$ de dons par mois donc je comprenne qu’il en ai un peu rien à foutre.

https://rimworldgame.com/index.php?lang=fr


#4335

Dans la dernière MAJ de RB6 ils ont ajouté 2 nouveaux persos dont une nana qui peut poser une glace sans tain blindée, avec une sécurité qu’il faut péter manuellement pour pouvoir tirer à travers. Problème, pour péter cette sécurité il faut faire du bruit, et le laps de temps avant que la vitre tombe est suffisamment long pour que des petits malins s’en serve en mindgame.

L’autre perso est un mec qui peut suivre les traces de pas, mais on peut lui tendre le même type de piège…


#4336

Je me remets doucement à Factorio après une longue période de pause, la reprise est difficile mais le jeu est toujours aussi bien :smiley:


#4337

Je me suis un peu attaqué à mon backlog Steam ces derniers jours. J’ai commencé par Firewatch et Event[0], deux jeux qui se ressemblent un peu, centrés sur la conversation avec un interlocuteur invisible (Une garde forestière de la vallée d’à côté dans Firewatch, l’IA d’un vaisseau spatial dans Event[0]) et dont les intros sont très similaires. Ceci dit mécaniquement Firewatch est juste une promenade (dans des lieux magnifiques) alors que Event[0] a des puzzles et un système de dialogue beaucoup plus intéressants.

Le chatbot d’Event[0] est assez convaincant, tout en se servant de la même excuse que Sethian, qui est que comme c’est une IA il est normal qu’il soit un peu mécanique dans ses réponses. Outre un bon parseur, il utilise quelques pirouettes dans sa manière de faire, dont la tendance à partir sur des tangentes (qui dépendent de la situation dans laquelle on se trouve) au lieu d’admettre qu’il ne sait pas de quoi on parle, ce qui le rend très humain, et il se souvient mieux du contexte que Sethian, sans compter tout le côté humeur. “Open door D12” et “please open door D12” n’ont pas les mêmes conséquences à long terme et je me suis demandé jusqu’à la fin ce qui allait m’arriver (

Spoiler

j’ai pas eu le final 2001, j’ai pété le drive et refusé de fusionné et on est rentré pépère vers la terre, moi et mon pote Kaizen. Poli mais trop méfiant, quoi

).

A côté de ça, Firewatch c’est du pur pseudo-choix Telltale, dans le sens où les réponses données modifient les dialogues et la relation avec Delilah mais qu’en dehors de ça le jeu ne change pas beaucoup (probablement pas du tout, en fait). Même dans mon premier playthrough je voyais que plein de choses étaient construites pour ne pas avoir à réellement prendre en compte mes actions. Ceci dit, je persifle mais dois reconnaître que je me suis tout à fait pris au jeu du mystère et de la paranoïa montante, c’était vraiment sympa et la forêt est magnifique (même si, look oblige, j’ai eu un ou deux moments “qu’est-ce que c’était bien quand je jouais à The Witness” comme dans Virginia). Mais le fin mot de l’histoire était un peu décevant et je pense que je distinguerai toutes les ficelles sur un second parcours. Il faut probablement que j’essaie plutôt le mode free roam.

Après les dialogues, le monologue: The Beginner’s Guide, que j’avais injustement ignoré parce qu’on m’avait dit qu’il était moins bien que Stanley Parable, ce qui est vrai mais ne le rend pas moins intéressant. Je trouve vraiment super d’avoir construit une histoire, et une histoire aussi forte, sous le couvert d’une analyse de game design/level design, et j’adore cette esthétique de niveaux semi-abstraits qu’on a perdu avec l’évolution des moteurs de jeux. Je trouve aussi intéressant le débat que j’ai découvert après coup sur la question de

Spoiler

savoir si c’est bien une fiction. Il me semble évident que oui, personnellement, mais il est intéressant que ça résonne à ce point là avec certains

.

Finalement, je me suis lancé dans Broken Age, la Double Fine Adventure, le prophète du raz de marée Kickstarter. Je comprends pourquoi les gens ont été déçus, à plein de niveaux. La première partie introduit deux mondes apparemment chaleureux mais qui font froid dans le dos (d’un côté une jeune fille qui va être sacrifiée à un monstre, ce que tout le monde trouve normal et considère même comme un honneur, de l’autre un garçon isolé dans un vaisseau spatial automatisé qui le maintient dans un environnement infantile, on sent la métaphore de l’adolescence des deux côtés), c’est très joli, il y a des puzzles pas trop débiles bien que d’une manière générale je trouve que les jeux d’aventures modernes ont beaucoup souffert de la volonté de faire disparaître les verbes, pas seulement parce que ça rend les puzzles plus simples mais aussi parce qu’il est presque impossible de marcher vers un objet dans déclencher une mini-cutscene ou conversation qui n’est en général pas le truc qu’on voulait faire ou résoud le pseudo-puzzle du premier coup. Par contre j’ai plié cette première partie en deux heures et ça, ça fait un peu mal, quand c’était la seule partie disponible ça a dû faire jaser.

Ceci dit, 9 heures au total pour finir le jeu entier, ce qui le place à peu près avec Full Throttle (lui-même un des plus courts jeux LucasArts). Enfin, au niveau longévité, pas jeu, parce que le reste du jeu est une purge. Tout ce qui rendait l’histoire et les personnages intéressants est progressivement abandonné, les environnements sont majoritairement recyclés, les puzzles sont moins bien et deviennent franchement désagréables vers la fin (il y a un truc sympa avec les puzzles du segment final qui est que les trucs à faire par les deux persos sont plus ou moins des reflets déformés l’un de l’autre, mais comme les puzzles finaux eux-mêmes sont nuls et avec un élément de timing qui est juste là pour ralentir le joueur…), le moment où les deux histoires se rejoigne est intéressant mais retombe presque aussitôt comme un soufflé, le pourquoi du comment est peu convaincant et la fin est plutôt baclée. C’est tout à fait dommage mais au moins je suis maintenant curieux de regarder les making-of pour voir le moment où ils sont tombés à court d’argent.


#4338

A part l’Amnesia Fortnight 2012 qui est dans notre todo, ma copine et moi nous sommes maté toute la production “2Player” de DoubleFine ces derniers temps et le doc Double Fine Adventure est une perle. Meilleure TV réalité possible pour les gens qui bossent dans l’industrie tant les problématiques sont communes à n’importe quel studio ou presque. Même si on sent les nombreux craquages gentiment oubliés au montage.

DF fait un push en ce moment auprès de sa communauté pour amener ces 12 épisodes sur Netflix ; j’espère que ça marchera et permettra de faire découvrir à plus de monde cette (encore trop) rare captation d’une gestation d’un JV.

Pour ce qui est de la deuxième partie, tu n’es pas le seul de cet avis. J’avais beaucoup aimé la première mais n’ai bizarrement aucune incitation à poursuivre.


#4339

Bah ça me donne encore plus envie de regarder ces documentaires, je suis content de savoir qu’ils valent le détour.

J’ai aussi fini Owlboy, qui était merveilleux d’un bout à l’autre, non seulement il y a des gros pixels sculptés avec amour mais c’est excellent à jouer, les diverses utilisations des équipiers sont chouettes (houhou) et il y a du coeur, j’ai été très touché par certains passages et l’ambiance

Spoiler

de fin du monde

, ils ont vraiment su capter l’essence des grands jeux et je suis impatient de connaître leur prochain projet. Et je veux un Castlevania qui ressemble au bout qui ressemble au plus beau Castlevania que j’ai pu parcourir ces dernières années. Il n’y a que le truc du canon que je n’aime pas trop, d’ailleurs c’est le seul endroit que je n’ai pas encore complété à 100%.


#4340

Hier j’ai commencé et fini Bastion, qui était sympathique sans plus. J’aurais probablement plus été touché par le truc du narrateur si j’avais pas déjà joué à Stanley Parable, qui en a un plus complet, mais même sans ça j’ai pensé à Sacrifice, qui avait un combo similaire ambiance de fin du monde/narration a posteriori en plus efficace. J’ai aussi trouvé un peu bizarre le fait qu’au fond au premier degré j’ai eu l’impression d’être du côté des méchants génocidaires , et pas seulement dans les moments où je tuais plus de trucs que nécessaire, mais que le jeu n’explore en fait quasiment pas cet angle. Par contre niveau jeu lui-même j’adore le feeling des armes et le look général. ça fait plaisir d’avoir des jolies tuiles isométriques colorées.