À part ça… vous jouez à quoi en ce moment ?


#4561

Le premier boss de Dead Cells ? Le mec sur le pont ?
Je sais pas comment c’est dans la version finale, mais dans mes heures en early access, il était juste comme il faut pour faire gate keeper.

Si t’as pas choppé de bons objets suffisants pour le tuer, tu peux pas tenir après. Et c’est vraiment un boss avec des patterns très télégraphés et des attaques faciles à éviter, qui n’a pas besoin de setup particulier et n’ignore pas certains objets comme les suivants, donc c’est vraiment un test de DPS. Mieux vaut mourir contre lui vite si on a eu un mauvais début de partie plutôt que perdre 5 minutes dans les niveaux suivants.

Après, je sais pas s’ils ont changé des trucs dans la version finale.


#4562

Essayé rapidement sur une petite heure hier soir, j’ai même pas encore passé la courtyard.

Petite question : j’ai bien conscience que le jeu est un rogue like, mais c’est moi ou ça devient plus dur à chaque respawn ? Ou j’ai juste pas de chance sur le random ?


#4563

Pas de chance pour le random. Les maps sont les mêmes, dans le même ordre (enfin, elles sont générée aléatoirement, bien sûr).
Le truc est que ce que tu débloques, finalement, ne te rend pas fort de façon linéaire comme Rogue Legacy (qui était la raison pour laquelle ce jeu était finalement très bof). Donc tu peux débloquer une super arme, mais ça veut pas dire que tu y auras accès au tour d’après.
Quoique… le système a pas mal changé d’une version à l’autre, je sais pas ce que ça fait maintenant pour débloquer les armes.


#4564

Je pense que t’as pas eu de bol, le layout change pas des masses d’ailleurs j’ai l’impression de ce que j’en ai vu pour l’instant.

Sinon je m’amuse bien sur le jeu mais les niveaux sont vachement longs (et super jolis!) en fait quand tu découvres et que tu veux tout nettoyer.
Tout ça pour finir par crever sur un combat de boss illisible que t’affrontes pour la première fois, ça encourage pas trop à enchainer les runs. J’imagine que par la suite tu te contentes de rusher.

Quelqu’un sait quand/comment on débloque le wall-jump ? Je pensais que c’était un truc qui arriverait assez tôt mais là je me suis baladé dans une bonne partie des zones du jeu et queud’.

Ça ressemble beaucoup a Enter The Gungeon.
Tu dépenses des sphères pour rajouter des armes (dont t’as trouvé les schémas) à l’arsenal qui peut spawner au cours de tes parties.
T’as 3 compétences aussi qui permettent que tes épées/arcs/boucliers de départ soient remplacées par des armes déjà débloquées en random.


#4565

Pour l’instant, mon seul vrai problème avec ce jeu tient au fait de devoir recommencer en perdant presque tout après chaque mort, ce qui fait quand même des tranches de jeu de pas loin de 30 minutes en faisant les niveaux à fond quand ça arrive sur le boss du pont (15 minutes si c’est contre le boss des égouts). Je ne joue plus beaucoup en dehors de mes vacances et je ne suis pas sûr que ce type de mécanique puisse me convenir. C’est d’autant plus dommage que le jeu est vraiment très plaisant à jouer.
S’il fallait chipoter, je dirais que la partie texte est parfois faiblarde et que je ne suis pas forcément aussi fan que certains de la DA ; les décors sont réussis mais le design des persos n’a rien d’exceptionnel et certaines des anim’ du personnage principal, aussi détaillées soit-elles, sont un peu étranges. J’ai l’impression qu’on a collé les mimiques d’Aladdin à un perso qui ne ressemble pas vraiment à Aladdin et qui ne les sort pas forcément dans les bonnes situations.

Concernant la difficulté, il m’est arrivé une fois de me faire défoncer bien plus vite que les fois précédentes, mais globalement je progresse d’une partie à l’autre.


#4566

Pas convaincu non plus par l’animation de course normale du perso, ça m’avait d’ailleurs pas mal rebuté quand j’étais tombé sur les premières vidéos du jeu, vu que bon c’est évidemment une action omniprésente. Mais on s’y fait.
Par contre, truc impardonnable, c’est qu’ils se soient effectivement senti obligé de faire du protag’ un petit rigolo meta-lol qui te sort des emotes Fortnite à chaque interaction narrative.
Quelle misère, sérieux, ça ruine complétement toute l’atmosphère dramatique.

J’ai fini par trouver la rune pour le wall-run, sinon ! :spider:


#4567

Je me suis mis à Exapunks, le dernier Zachtronics, et c’est super! On y incarne un hacker sur le retour atteint d’une maladie dégénérative qui se met au service d’un client assez louche pour se payer un traitement. Cela se fait au moyen des EXAs, des espèces de virus informatiques qu’on programme et qu’on envoie se balader dans les systèmes cibles. Donc oui, il va falloir taper du code.

La principale différence avec les autres Zachtronics auxquels j’ai joué vient du fait que les EXAs peuvent créer des copies d’eux-mêmes et donc ça va pouvoir jouer sur la récursion et le parallélisme de masse, tout en sachant que dans la plupart des cas on ne doit pas laisser de trace et donc il va falloir veiller à tout effacer et terminer. Une autre contrainte, plus habituelle celle-là, est que les EXAs sont des machines virtuelles très simples et il faut jongler avec le registre et demi et la capacité d’écrire des fichiers pour s’en sortir. Comme d’habitude on est jugé sur trois critères (taille du code, durée d’exécution, activité sur le réseau) sur lesquels on doit généralement faire des compromis. Comme dans Shenzhen il y a un ou deux trucs non documentés qui aident bien une fois qu’on les connaît donc ça faut la peine de tester les limites des programmes.

Les systèmes à envahir sont variés et marrants (magasin de photocopies, station TV, console à dézoner pour jouer à un jeu japonais, voire son propre système nerveux pour retarder les effets de la maladie), comportant souvent des fonctions “inutiles” (par exemple on hacke le magasin de photocopies pour effacer un truc mais les photocopieuses sont sur le réseau) qu’il est possible de bidouiller pour rigoler ou parfois en apprendre un peu plus sur le monde.

L’ambiance mélancolique du futur cyberpunk pourri de 1998 est fort bien rendue, bien sûr au travers du fameux zine (qui est inclus en PDF dans le jeu) mais aussi le chat irc interne au jeu et des segments de VN comme Opus Magnum.

On m’a dit qu’un non-programmeur pouvait s’y mettre mais c’est quand même moins intuitif qu’Opus Magnum et à l’occasion je me suis retrouvé à écrire un tri par insertion pour résoudre un niveau. Niveau difficulté je l’ai fait en deux nuits et demi donc c’est plus dur qu’Opus Magnum (une nuit) mais moins que Shenzhen IO (pas fini). En tout cas j’ai adoré.


J’ai aussi enfin fini Wonderful 101. A la base c’est le jeu pour lequel j’avais acheté une Wii U mais je l’avais lâché en cours de route. Je pense que c’est un des Platinums les moins accessibles niveau système car il est très mal expliqué, à ce titre c’était tout à fait intéressant de le refaire juste après NieR:Automata qui fait des gros efforts à ce niveau. De l’autre côté tout m’attirait dans son monde, mélange joyeusement coloré de Thunderbirds, Super Sentai et Gurren Lagann dans lequel rien n’est trop incongru, y compris l’apparition d’un avatar de Platinum eux-mêmes quand la situation devient assez désespérée. En dehors du fait que le jeu s’explique mal, mon principal reproche tient aux QTE trop nombreux et qui ont probablement bien endommagé ma mablette. Le jeu expérimente avec des gameplays différents mais quand c’est juste tapoter sur un bouton, bof.


Enfin, sans surprise, je suis toujours sur Sea of Thieves (mais moins). Je le mentionne parce que cette dernière semaine avec le groupe avec lequel je joue, on a essayé un truc assez marrant qui est de se faire refiler les bateaux des équipages qu’on rencontre sur un serveur donné pour finir avec une flotille entière certifiée du même camp, super pratique pour farmer des quêtes de haut niveau (et quand même super marrante parce qu’il n’et pas si facile de synchroniser entre dix et quinze personnes sur des bateaux différents).