ALL ABOUT les bouquins de jeux vidéo

#181

[edit ninja spécial mise en page]
Le jeu est sorti en mars 94 dixit le coffret regroupant les musiques des différentes versions du jeu, mais je suppose que le copyright de la première version du jeu a dû induire des gens en erreur. Le jeu a été présenté au Amusement Traders Exhibition International en janvier/février 94. L’un des devs parle lui aussi de 94 pour la première sortie.

En avril 93, on en était encore à ce stade et il me semble qu’on voyait la même démo lors du CES de juin 93.

Après, des exemples de dates de sortie farfelues, ça manque pas sur le net. Et puis un jeu pareil, vu la baffe visuelle que ça a été, ce serait quand même surprenant que toute la presse se soit mise d’accord pour ne pas en parler.

1 Like

#182

On peut toujours compter sur Sega Arcade History :
• Décembre 1993 pour la mise en circulation de Virtua Fighter.
• Mars 1994 pour la mise en circulation de Daytona USA.

Puisqu’on parle de Sega, ça fait bien dix jours que j’ai réussi à toper Early Sega Perfect Catalogue dont je parlais plus haut. Sans surprise, c’est du super boulot.

Par contre, Xenoblade 2 Official Artworks Alrest Records (dans le même post) est en rupture de stock intégrale rien qu’avec les précommandes ; la sortie à l’origine prévue le 2 février a d’abord été retardée au 12 février puis à ??? laissez-nous le temps de réfléchir.

0 Likes

#183

Volume 4 : La Game Boy.
Et bien, ça valait le coup d’attendre. Du fait de mon attachement à cette machine, c’est sans doute le volume de la série qui m’a le plus parlé et j’étais très loin de m’imaginer toutes les intrigues de cour derrière cette console ! Sans spoiler, cette histoire vaut bien celle des droits de Tetris en terme de coups bas, d’alignements d’étoiles et de rebondissements. Comme d’habitude, gros boulot de documentation et d’interviews de Flo auprès des principaux ingénieurs de la R&D1 survivants (sortis de toute obligation de corporatisme, les anecdotes fleurissent). J’ai profité d’un week-end de crève pour le lire d’une traite, tant le sujet est mené tout en nuances et l’écriture est aérée et sans fioriture — j’espère juste que les nombreuse coquilles seront expurgées des prochaines réimpressions. Merci à Okada d’avoir tenu bon et d’être allé à l’encontre de la vision (plus simpliste) de Yokoi !

1 Like

#184
1 Like

#186

Les presses de l’University of Michigan ont mis à dispo gratuitement les versions numériques de quelques livres en rapport avec le JV. Je mets ça là pour penser à les lire un jour :

Silent Hill: The Terror Engine et This Gaming Life: Travels in Three Cities.

2 Likes

#187

Ça me fait penser que j’ai lu en début d’année Préhistoire du jeu vidéo, de Damien Djaouti, je voulais en faire une petite fiche de lecture, mais j’ai complètement oublié (ou alors je l’ai fait, et j’ai complètement oublié que je l’ai déjà fait).

C’est court, ça se lit très vite, et on apprend plein de choses assez cool (dans un monde où “cool” peut désigner des bidouillages informatiques obscurs ou des jeux informatiques commerciaux réservés au marché américain B2B des années 60). On passe en revue d’assez nombreux jeux ou projets, les usual suspects du “premier jeu vidéo ever” comme d’autres totalement obscurs ou qu’on n’a pas l’habitude d’associer à l’histoire du jeu vidéo, ce qui est très louable. Il y a par ailleurs un réel travail de documentation (avec nombreuses photos d’époque) et surtout des entretiens exclusifs avec les responsables desdits projets, ce qui en fait un livre qui apporte sa pierre à l’édifice, et je l’en remercie.

Le bémol, c’est l’organisation très loufoque du bouquin, qui n’est pas strictement chronologique, mais ressemble davantage à une succession de fiches s’attachant chacune à suivre la genèse d’un jeu ou machine, en référençant ses inspirations et les jeux qu’il a inspiré. Du coup, cela fait une succession d’histoires qui ne s’interconnectent pas, ou redondent, ou tout simplement échouent à donner un peu de hauteur et de mouvement général à cette “préhistoire”. C’est dommage. Mais bon comme ça se lit très vite et que ça reste une base de documentation pratique pour aller plus loin, comme calepin archéologique à mettre dans sa poche avant d’aller vers des fouilles plus approfondies, ça reste très convenable.

Je ferais bien une petite ouverture pour dire que le concept de “préhistoire du jeu vidéo” est très maladroit, trompeur et lourd de préjugés, mais je doute qu’il y ait grand monde ici pour prendre ce terme très au sérieux, donc à quoi bon.

0 Likes

#188

Merci pour la reco. Je trouve ça “cool” aussi.
Par contre, quand je tente de le réserver sur Place des Libraires, on me dit que le bouquin ressort cet été chez Pix n’ Love mais qu’il n’est pas encore dispo à l’achat. (Et non, pas moyen d’acheter un livre sur Amazon).

0 Likes

#189

Le prochain bouquin de la série Perfect Catalogue sera NINTENDO64パーフェクトカタログ et sortira la semaine prochaine, avec comme d’hab un super taf d’archivage photo des variations de hardware et (chose rare pour un bouquin japonais) un répertoire de tous les jeux locaux mais aussi des titres exclusifs à l’étranger. Et comme il y a finalement eu peu de jeux N64, ils ont balancé plus de scans et de screenshots que d’habitude. Si jamais ils en viennent à publier un Perfect Catalogue de la PS1 ou de la PS2, je suppose qu’ils vont diviser cela en plusieurs volumes.


Le bouquin se trouve sur Amazon et PlayAsia. J’espère toujours un Perfect Catalogue SegaSaturn pour le mois de novembre et les vingt-cinq ans de la console.

0 Likes

#190

Pour rester dans le thème il y a aussi 2 pages consacrées aux différents types de cacas : caca dur, caca mou, caca mi-dur et caca mi-mou, avec un encadré sur le caca liquide et la Saturn. C’est tellement un troll de bas niveau que je pourrais écrire un spectacle comique en assembleur.

0 Likes

#191

C’est donc pour cela qu’on appelle ça du shitposting ? Tout s’éclaire.

0 Likes

#192

Toujours pas de Saturn au menu mais un Perfect catalogue pour la GBA qui a fêté ses 18 ans il y a quelques semaines.

0 Likes