[DOC] Psychic TV : la mire est notre amie


#481

Non, Nuage, non, je suis désolé : je ne peux pas te laisser dire tout et n’importe quoi !

Tu vas TROP LOIN !


#482

:lol:

Au delà de 15 lignes je ne suis plus responsable !

:ghost:


#483

Nuage, je ne peux être plus en accord avec toi, mais on le savait déjà. :wink:


#484

C’était plus fort que moi, désolé :meuh:


#485

Si tu veux d’autres avis sur la question, tu peux voir par ici.


#486

La video n’est pas une critique mais une parodie.

J’aimes bien le travail de Curtis mais il a un style particulier et il ne fait pas prendre son analyse pour argent comptant. Il a une nette tendance a exposer une personne ou un evenement d’apparence insignifiant qui va tout d’un coup expliquer une grosse partie de notre histoire. C’est un style a lui comme Michael Moore a aussi son style. Ca ne veut pas dire que ces docus ne sont pas interessants a regarder ou informatif mais just qu’ils sont subjectif comme tout les docus.


#487

Oh, à venir :


Je ne savais pas que la pub préférée des anglais avait été réalisée par… Ridley Scott.


Il y avait donc un jeu de mot…


#488

Ci-dessus, The Pony Excess, dernier des trente (premiers) documentaires “30-for-30” dont Kanu et moi-même avons mentionné l’existence sur Boulette quelques fois.

Ce n’est ni une bombe comme The Two Escobars, sur les liens entre le cartel de drogue et l’équipe nationale colombienne lors de la coupe du monde 94, ni un travail de socio fascinant comme le récent Catching Hell, sur le fan de baseball devenu un paria obligé de changer d’identité pour avoir attrapé une balle qui aurait pu sauver son équipe lors d’un match important.

The Pony Excess est beaucoup plus conventionnel dans sa forme comme dans son propos, mais il aborde une histoire intéressante (un scandale touchant le foot US universitaire dans les années 80 et ayant eu un impact considérable sur le sport et son business) en ayant le bon goût de tout remettre en contexte : pourquoi le foot US était important à Dallas, pourquoi Dallas était une ville si importante aux US à l’époque, pourquoi un club s’est mis à tricher mieux que les autres, pourquoi il s’est fait choper, pourquoi c’est devenu une affaire plus importante que le simple cadre du sport et pourquoi tout le monde regrette un peu la punition qui en a découlé. Ca parle de foot US mais cela parle surtout de l’Amérique des années 80, des causes et des symptômes de la société US à cette époque.

Pour clarifier le propos du doc si vous ne connaissez rien au sport US, les sports universitaires sont extrêmement importants là-bas et génèrent un fric fou, mais les joueurs n’ont pas le droit de toucher un rond avant de passer pro. Ce qui tourne à la farce puisque les grandes universités se battent pour obtenir/convaincre les athlètes les plus prometteurs. Comme en athlé ou au cyclisme, il s’agit donc de tricher, mais pas trop (la dernière minute / staff roll du documentaire vaut d’ailleurs son pesant de remise en perspective). La NCAA est l’espèce de fédération nationale qui s’occupe de gérer le sport universitaire.

ESPN a mis deux docus 30-for-30 en ligne sur Youtube. The Pony Excess n’en fait pas partie, donc cette version est complètement illégale mais si cela peut vous donner envie d’acheter (ou de m’offrir) les 29 autres…


#489

Un sympathique utilisateur a mis en ligne un docu papou sur ce curieux pays qu’est la France.
j’ai pas encore eu le temps de le regarder en entier, mais quelques passages valent le coup d’oeil.


#490

Merci pour ces super suggestions de docus, Boulette.

De mon côté, je propose, en libre visionnage jusque mardi 11 septembre prochain sur Arte+7, un formidable documentaire sur Goldman Sachs.


#491

J’espère qu’on y voit des papous papas à poux papas de petits poux.

Ah je l’ai vu ! Fantastique en effet, édifiant surtout. Je me suis dit, tient, un jour ces gens là seront sans doute chassés et tués, comme à la bonne vieille époque de la révolution.


#492

Han, merci pour le Goldman-Sachs ! Je regarde ça ce soir !


#493

Attention ça donne des idées de révolution comme le dit Ono…


#494

Ce Post est approuvé par Rafchan.
Lisez Debaser.


#495

Dans le même registre, un docu sur la City. Peut-être moins édifiant, mais complète bien le précédent.

Sinon, j’ai essayé de mater le docu sur le foot US, mais le montage épileptique m’a tué. Dommage, le sujet m’a rappelé mes marathons de Friday White Lights, mais en l’état c’est juste insupportable… cette impression d’être pris pour un goret à qui on répète 1000 fois la même phrase et dont on ne doit surtout pas lâcher la papatte plus d’une seconde de peur qu’il ne zappe (ou réfléchisse)… (heureusement, les autres docus de la série sont moins hystériques).


#496

Dis donc, c’est pas parce que ça se passe au Texas que c’est forcément une histoire de white supremacists ! :o

A ce sujet, j’en suis à la fin de la S2, c’est pas exactement ce à quoi je m’attendais mais c’est tout de même incroyable. Je ne pense pas qu’un seul plot twist m’ait surpris depuis le début (sauf le

Spoiler

meurtre

, et pour le coup il est vraiment débile), surtout les romances qui sont violemment téléphonées, et pourtant je marche à 20 000 %. Je crois que c’est dû aux persos qui pour le coup sont extrêmement bien définis. Le combat de la classe moyenne dans l’amérique rurale, ça donne un gros côté Rocky à l’ensemble et tous les acteurs sont véritablement parfaits. Je les aime tous, je veux qu’ils s’en sortent.

Bro crush. <3

Je crois qu’on en a jamais vraiment parlé sur boulette (Rom suivait en direct si je me souviens bien) mais pour moi c’est clairement top 3 des 00’s, avec The Wire et [rien ne me vient en tête]. Exceptionnel.


#497

Oups! Ah oui, je n’avais pas vu la lumière blanche au bout du tunnel…:stuck_out_tongue:
Friday NIGHT Lights, donc. J’ai arrêté à la saison 3 par contre. La saison 2 m’avait un peu déçu, on la considère généralement comme la moins bien, mais ça repart fort après. Cela dit, pour le moment, j’ai eu ma dose de “bro crush” et de “papa et maman coach font l’éducation sexuelle de fifille”. Si tu vas jusqu’au bout, tu pourras me dire ce que valent les saisons suivantes (on dit que les saisons 4 et 5, avec un nouveau cast, sont très chouettes aussi).

Je trouve que ça marche super bien pour suivre les rouages (romancés? Ca doit quand même être assez juste, sinon ils se feraient démonter par les fans) de ce foot US et son importance dans la région, et ce qui peut motiver ces jeunes dans un environnement pareil. Je suis bien d’accord sur le fait que les rebondissements “feuilletonesques” sont très bateau et ne servent qu’à formater et canaliser le propos dans un emballage “série”, mais comme les personnages sont chouettes et jamais purement désagréables, ça passe très bien. De toute façon, un peu comme The Wire, la série repose presque davantage sur son cadre (la ville) et ce qu’elle a à dire dessus, que sur les personnages qui la représentent.

Edit: sur la 4e saison. Ca fait envie!


#498

Pour boucler la boucle, le créateur de la série (et du film) a lui-même réalisé un des tous premiers 30 for 30, Kings Ransom, sur la vente de Wayne Gretzky aux Los Angeles Kings. Je l’ai trouvé intéressant, pas foufou. C’est lui qui a réalisé Hancock et Battleship, aussi. Hum…

Je vous conseille le bouquin qui est magistral (et une histoire vraie, contrairement à la série).


#499

Le nouveau Calvi et Meurice est en visionnage gratos pendant encore une petite journée sur Arte +7. Pas encore vu, mais ils ont signé certains de mes documentaires-fleuves préférés (Ah, le Crédit Lyonnais, l’affaire Elf…), donc au cas où ça intéresse, je mets ici :slight_smile:

Partie I : “La grande pompe à phynances
Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d’octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, qui elle-même se développe en crise économique mondiale. Des “barons voleurs” d’hier aux golden boys des années Tapie, des accords de Bretton Woods à la création de l’euro, il retrace ensuite les différentes étapes qui ont conduit à la libéralisation des flux financiers. Assurances, produits dérivés, fonds spéculatifs (hedge funds)… : les dispositifs techniques se succèdent pour accroître les profits, augmentant toujours plus le risque et la fraude systémiques.

Partie II : “Le Bal des Vautours
Le second volet montre comment, à travers l’éclatement de la bulle immobilière et la crise des subprimes des années 2000, le “piège à pauvres” s’est refermé. Il décortique les rouages de la “machine à dette” et expose avec clarté les logiques boursières qui ont mené à la crise mondiale actuelle. Dénonçant l’impunité des “banksters” et leur emprise sur la classe politique occidentale (aux États-Unis, on parle même d’un “gouvernement Goldman Sachs”), les réalisateurs concluent leur enquête sur un chiffre éloquent : les principaux dirigeants financiers mondiaux totalisent 95 milliards de dollars de salaire alors qu’ils ont accumulé 1 000 milliards de perte…


#500

Je l’ai regardé la semaine dernière, c’était très bien même si les deux parties sont par moment redondantes et qu’il ne vaut mieux pas le regarder si on est sous anxiolytiques. Mention spéciale à la voix-off de la déprime.