Et pourquoi pas un topic TV...


#7641

Oui, ca fait bien chier :frowning:


#7642

(De même, je m’étais réabonné le… 28 mars)
Si quelqu’un croise la soirée de clôture, je l’ai loupée et elle ne semble pas dispo sur Noco.


#7643

Ils vont la mettre en ligne normalement …


#7644

Tu as déjà pas mal de clips de leur dernière soirée sur leur compte Twitch (qui continue de streamer à l’heure où je poste).

J’ai observé le web francophone s’émouvoir à raison de la disparition du “Président” Christophe Salengro la semaine dernière, et OK c’est malheureux pour un faciès mémorable de la télévision qui méritait peut-être une carrière plus reconnue, mais je m’étonne un peu qu’elle ait à ce point éclipsé chez nous la mort de l’immense Stephen Bochco.

Si vous appréciez n’importe quelle série américaine dans un cadre réaliste contemporain, que ce soit The Sopranos, The Shield, Brooklyn 99, Breaking Bad, Urgences, Law & Order, CSI, NCIS etc. C’est peu dire que ces séries lui doivent beaucoup pour avoir brisé les codes de ce que l’on pouvait faire et montrer dans un feuilleton télévisé aux Etats-Unis, y compris une meilleure représentation des minorités. Et en plus, au lieu de découvrir sur le tard que c’était un pervers qui sautait des jeunes actrices comme à peu près chaque bonhomme influent d’Hollywood, toutes les anecdotes post mortem s’accordent à témoigner que c’était un sacré chic type. Je recommande notamment cet extrait de ses mémoires, publiées en 2016, revenant sur la gestion difficile du succès tonitruant de NYPD Blue, un des piliers du Canal Jimmy de la grande époque.


#7645

J’ai regardé et c’est effectivement pas mal du tout. Il y a par contre trop de personnages et avec les différentes époques ça multiplie par x la complexité de se souvenir qui est qui. Un poil moins de monde et ça aurait été plus facile à suivre. Au moins, c’est assez ambitieux (visuellement et scénaristiquement) et la saison 2 pourrait être bien cool.


#7646

Dave Chappelle - The Bird Revelation


2017 aura été une bonne grosse année de paradoxes pour la comédie US. Côté pile, un Louis CK au firmament qui tombe pour branlettes intempestives. Côté face, après douze années d’intermittence, Dave Chappelle nous est revenu avec non pas un, pas deux, pas trois mais carrément quatre specials à 20 millions de dollars l’unité.

Je me suis d’abord enfilé coup sur coup Deep In The Heart Of Texas (enregistré en avril 2015, sorti sur Netflix le 21 mars 2017) et The Age Of Spin (mars 2016, sorti le même jour) et difficile de les qualifier de mauvais stand-up, loin de là même. Chappelle y brosse le thème du racisme ordinaire et la question afro-américaine en long, en large et en travers avec de bonnes vannes comme toujours et un art du dérapage toujours ciselé. Mais on reste quand même à distance respectable de qui a fait sa réputation, que ce soit dans la qualité des vannes, le rythme et l’impertinence.

Heureusement, Equanimity, filmé à la maison à DC en septembre 2017, est beaucoup plus pertinent, drôle et nihiliste. Chappelle y aborde en fil rouge les critiques reçues par la communauté trans avant de conclure par une grosse diatribe sur la politique américaine contemporaine. Surtout, il y exploite totalement le thème développé dans le désormais culte «Of course…but maybe» de Louis CK lorsqu’il explique qu’il arrive difficilement à détester Bill Cosby malgré les accusations. Cette espèce de zone grise de l’humour est précisément là où je l’ai toujours trouvé brillant.

Equanimity préfigure la mini-révolution The Bird Revelation à beaucoup de niveaux. Enregistré devant une cinquantaine de personnes dans l’intimité du Comedy Store de LA, TBR commence par un avertissement : “Sometimes the funniest thing to say is mean”. Alors d’accord, Chappelle y envoie du mean mais peu de vannes et c’est ce qui ressort de ce dernier special.
C’est libéré de la nécessité de faire rire que Chappelle se lance dans une satire d’Hollywood puis dans une réflexion libre sur le mouvement #metoo avant de terminer sur les raisons qui l’ont poussé à arrêter le Chappelle Show en plein succès.

Dans la démarche, The Bird Revelation rappelle ce que CK a fait avec Louie, une série d’abord drôle qui avait ensuite muté vers des thèmes doux-amers. Je ne sais pas jusqu’à quel point il voudra pousser dans ce registre, mais ça fait plaisir de revoir Chappelle à ce niveau.


Pour ceux qui souhaitent creuser : ce post sur Reddit.


#7647

J’aurais tellement aimé aimer la saison 1…
Peut-être que la suite sera mieux, mais pas sûr que j’arrive à me motiver.


#7648

Pareil. Sauf à ce que j’entende du bien de cette saison, je vais passer mon tour.


#7649

Marrant, en lisant le post d’Iggy, je découvre avec le système de sauvegarde des posts en construction du nouveau forum que je n’avais jamais validé celui-ci :

Je ne sais pas comment cela deviendra dispo légalement en dehors des Etats-Unis mais le doc de HBO sur Andre The Giant

Ah mais non je l’avais finalement posté dans le topic des docs, en fait. Je comprends mieux. Marrant (flippant ?) qu’il retienne tout à ce point.


#7650

Le retour de Burger Quizz aurait suffi à mon bonheur (alors même que je n’en attendais pas grand chose et que j’ai du passer par l’infâme site de TF1 et ses tunnels de pubs qui freezent quand on change de page), mais Netflix a annoncé une 5e saison d’Arrested development ainsi qu’un remontage de la 4e saison qui, dans mes souvenirs, démarrait un peu mollement puis revenait à un niveau proche de celui des 3 premières saisons.


La 3e saison d’Ash Vs Evil Dead s’est terminée sur un faux cliffhanger puisque la série n’a pas été reconduite et que Bruce Campbell a annoncé prendre sa retraite du personnage. C’était divertissant et souvent inventif, même si le scénario n’avançait pas des masses.


Entre les leaks* et les pauses de 5 mois, je suis un peu perdu, mais la diffusion de la nouvelle série Ducktales devrait reprendre son cours normal cette semaine avec l’épisode 10.

*les épisodes semblent être produits dans un ordre différent de celui de leur diffusion, ce qui ne doit pas aider.


#7651

Oui, pour Duck Tales le “vrai” ordre des épisodes n’est pas celui de diffusion, en fait ils ont mis tous les épisodes qui focalisent sur Webby au début pour pousser le perso en avant, ce qui explique pourquoi on ne voit quasiment pas Scrooge dans la première moitié, alors qu’en fait c’était pensé de manière bien plus équilibrée, et hors US l’ordre est parfois plus respecté. A noter qu’un des derniers épisodes que j’ai vu (celui du golf, qui est l’épisode 12 mais diffusé avant le 10 dans certaines régions) avait une chouette blague de doublage avec des kelpies (des chevaux-monstres) doublées par

spoiler

des actrices de My Little Pony

La série est toujours très bien.

J’ai aussi vu le retour de Burger Quiz et failli mourir étouffé de rire. Je suis assez épaté par les ressources matérielles déployées pour certaines blagues.


#7652

Pourquoi le monde ignore-t-il encore Captvty, ce vaillant soft en service depuis 10 ans ?

burgerq2


#7653

Merci ! Le logiciel a du sortir à peu près à l’époque où j’ai arrêté de regarder la TV (à l’exception de quelques documentaires et de Nolife à laquelle je me suis mis tardivement via Noco). Ceci expliquant peut-être cela.


#7654

Pour Grimer, Kanu et tous les fans de NoLife qui traînent ici, Alex Pilot est l’invité du dernier Gaijin Dash en date pour revenir sur l’histoire de la chaîne et le taf de Pilot sur Game One.


#7655

Oooh super interressant, merci Chaz


#7656

29 mai pour la cinquième saison d’Arrested Development.

////////////////////

J’ai maté les deux premiers épisodes de Cobra Kai, produit par Will Smith et diffusé par Youtube sur son programme payant Youtube Red (les deux premiers épisodes sont gratuits). Je me demande si, à l’instar de Netflix, Youtube a financé la série sur la base d’algorithmes démontrant que toute une génération éduquée avec la VHS de Karaté Kid voulait revoir cette bande de losers de la fameuse Valley, grande banlieue de Los Angeles qui occupe une place à part dans la mythologie de l’Americana. En tout cas, le pitch semble clairement inspiré par cette célèbre vidéo de 2015, déjà postée sur Boulette à l’époque.

Cobra Kai se passe donc trois décennies après Karaté Kid, mais en inversant quelque peu les points de vue puisque Johnny Lawrence (William Zabka) en est le protagoniste, évidemment devenu un loser prolo et divorcé qui vit de boulots précaires humiliants tout en ruminant sa haine envers la Success Story incroyable de Daniel LaRusso (Ralph Macchio), devenu… Concessionnaire de voitures avec quatre magasins dans la Valley. Johnny se retrouve, par un enchaînement de circonstances et pour toutes les mauvaises raisons, à ré-ouvrir le dojo du Cobra Kai pour y entraîner le fils de sa voisine latino et une bande de gamins relous au karaté. Je me suis spoilé un peu plus loin et y a des idées amusantes pour escalader la tension entre Johnny et Daniel tout au long de la saison (10 épisodes).

Le postulat de départ est nickel, et ça décolle vraiment au deuxième épisode qui expose la médiocrité et les démons de chacun. La prod a le budget qu’il faut. Il y a un paquet de clins d’œil à Karaté Kid, mais sans trop forcer, ou en tout cas d’une manière qui semble toujours servir l’intrigue et honorer ce qu’on cherche à nous raconter sur ces persos. Les acteurs sont, euh, c’est le casting de Karaté Kid, donc faut pas s’attendre à Daniel Day Lewis mais ils ont l’intelligence de jouer ça sérieusement, sans donner l’impression d’être dans la confidence d’une blague, mais suffisamment lucides pour accepter des scènes ingrates pour leur ego. C’est réalisé avec bien plus d’intelligence et de passion sincère pour l’univers de cette franchise qu’on aurait pu le craindre. La série fonctionne bien selon les dires et baromètres personnels de Youtube, et a déjà été renouvelée pour une deuxième saison.


#7657

Le trailer m’avait fait terriblement envie (et donc peur). Je suis soulagé que ça te plaise.

Pour Arrested Development, quelqu’un a regardé la saison 4 remix? Il paraît que c’est particulièrement à chier.


#7658

Sachant que j’en attendais rien, mais ouais. J’ai quand même assez peur du syndrome « 10 épisodes pour un truc qui aurait dû en faire 3 ou 4 grand max » comme Stranger Things.


#7659

J’avais beaucoup aimé la saison 4 normale, donc je suis toujours client.
Y’a des séquences qui marchent clairement mieux linéairement, d’autres gags qui tombent un peu à plat ou qui demandent beaucoup de répétitions, mais vu que c’est des pros du montage depuis le début, c’est intéressant de les voir re-monter une série qui n’était absolument pas pensée pour cet ordre.
Aussi, j’ai pas revu la saison 4 depuis sa sortie, donc ça m’a rafraîchi la mémoire avant la saison 5.

“particulièrement à chier” est le genre d’hyperbole internet qui ne veut rien dire du tout. C’est une version de la saison 4 que les gens qui l’ont détestée pourront apprécier, c’est un exercice de montage qui confine au cas d’école, et ça reste Arrested Development en bien et en mal.

Sinon, j’ai regardé la saison 2 de Santa Clarita Diet (Drew Barymore chiante dans sa vie de suburbia banale qui se transforme en zombie du jour au lendemain). La saison 1 m’avait énormément plu mais j’étais pas persuadé de l’intérêt de continuer plus loin… et en fait j’avais totalement tort. La série est toujours aussi drôle, y’a de plus en plus d’éléments de scénario qui se rajoutent et qui s’imbrique de façon de plus en plus inattendue, les personnages sont toujours aussi bien… Bon, c’est aussi très gore. Dans le contexte d’une comédie, ça ne me fait rien, mais y’en a qui ont du mal. J’ai pas fini, mais pour le moment, j’apprécie autant voire plus que la saison 1, et je m’y attendais absolument pas.
La seule chose naze pour le moment est le trailer, d’une nullité digne des pires moments hollywoodiens “oh mais si on dit à la ménagère de quoi ça parle elle va avoir peur, faisons plutôt un trailer romantique, c’est pour ça que les gens veulent voir Drew Barymore non ?”. À part ça, c’est un sans faute.


#7660

Pareil, donc j’espère que ça va aller. J’avais l’intention de me la faire aussi avant de rempiler pour la 5.