Le comité de surveillance des anime et mangasses....... de arimase !

#4923

Ouh la, connaissant la maison, je parierais sur une édition numérique d’ici 2050, à peu près :slight_smile:
Mais je leur redemanderai la prochaine fois que je passe acheter une baguette de pain au pied de leur immeuble.

1 Like

#4924

Je persiflais lors de l’annonce, mais ça a l’air bien chouette. Face à toutes ces grosses sorties estivales, on souhaite bonne chance au film Ni No Kuni dont j’avais déjà oublié l’existence.

0 Likes

#4925

Kimi no Nawak

0 Likes

#4926

Et bien et bien, personne ne parle de Sarazanmai? C’est si nul que ça ? (Nouvelle série de Kunihiko Ikuhara
J’essayerais sûrement dans la semaine.

0 Likes

#4927

J’en ai entendu du bien mais, pour sa défense (et celle de Boulette), la série a débuté il y a moins d’une semaine.

0 Likes

#4928

Haha, certes. Mais je m’étonne que Iggy ou Fab n’aient pas déjà fait un post (et ça m’inquiète).

0 Likes

#4929

Je…
Hum.
Alors, techniquement, il y a beaucoup de gens qui ont bossé sur Penguin Drum, donc c’est joli, ça bouge bien, c’est formidable.
Après, le contenu… Déjà, c’est très japonais. C’est folklorique. Et basé sur l’exploration anale.
Ensuite, ça a un problème similaire à Yurikuma Arashi, voire pire : dès les premières minutes, j’étais “My mind is full of fuck”. Ce qui est normal, mais comparé à Penguin Drum (ou à Utena mais on est de toute façon à des années lumières d’Utena), on n’a pas le temps de s’attacher aux persos qu’ils font déjà n’importe quoi et qu’ils se retrouvent dans des situations absurdes. Le premier épisode de PD était formidable parce qu’il y avait une situation de départ précise, un drama au milieu, soudain une séquence “My mind is full of fuck”, un atterrissage en douceur près de la situation de départ rassurante, et un coup de lapin à la dernière seconde pour marquer les esprits.
Là… quand tout est surprenant, rien n’est surprenant ? Il y a une révélation qui serait shocking si elle s’était produite à l’épisode 5 comme AnoHana, sauf qu’elle arrive à la fin du premier épisode et on a à peine eu le temps de se familiariser avec un personnage qu’on apprend son “terrible secret”. La seule réaction à avoir, c’est “Okay…?”.
L’autre raison pour laquelle j’ai rien dit, c’est que c’est Ikuhara. Donc j’essayais de repérer quelle séquence on allait voir réutilisée en boucle dans tous les épisodes au fur et à mesure que le budget baisse. J’espère qu’on verra un peu mieux où ça va la semaine prochaine. Déjà, la thématique (les liens humains entre les gens, les réseaux sociaux, le fait de vendre sa vie idéale en cachant tout ce qui ne rentre pas dans le filtre instagram) est plus intéressante, ou du moins moins casse-gueule que le male gaze, et explique ses concept plus simplement que la soupe de mots-clés de Yurikuma. Aussi, le personnage principal n’est pas immédiatement antipathique comme l’héroïne de Yurikuma, donc ça sera moins pénible à suivre. Le sound design est super, comme toujours chez Ikuhara.

Dans l’ensemble, pour le premier épisode, j’ai l’impression qu’il avait un script pour 2 courts, qu’il a eu le budget que pour 1, et qu’il a dû condenser en coupant toutes les tranches de vie qui rendaient Penguin Drum touchant. Après, Penguin Drum sur la fin partait totalement en live avec trop de persos sans intérêt, donc peut-être que le format idéal serait 1,5 court pour lui ?
Je continuerai évidemment par sens du devoir, mais pour le moment, je vois vraiment pas où ça va.


Monkey Punch est mort.

2 Likes

#4930

Sur le Figaro (!), Kentarô Miura: «Je suis jaloux de Yukito Kishiro et de son Alita!»

1 Like