Le Falcom Club contre les nazes et les misanthropes (Page 1 = 56K out)


#1


◆ Certains des arts du jeu sont l’oeuvre de Shunya Yamashita, bien connu sur Boulette.

Ce topic est sponsorisé par Image Shack. Pendant que les has-been et les ploucs jouent à des jeux sans intéret ni envergure comme FFXII (pfeuu) ou Oblivion (boarf), les hommes de classe et d’intégrité, comme moi, installent enfin sur leur PC le forcément fabuleux et fantastique Xanadu Next.


“Mais Chaz, il parait qu’il est tout naze.”


Non, non, attendez.
Xanadu Next, sorti fin 2005, c’est à la fois la suite et le vingtième anniversaire d’un jeu culte de Falcom, que l’éditeur considère toujours à ce jour comme le plus gros succès de l’histoire du PC jap par je-ne-sais-quelle entourloupe mathématique. Perso j’ai découvert le jeu original via son excellente adaptation dans le premier Falcom Classics sur Saturn. Du bonheur en barre.

Mais le problème de ce jeu, c’est qu’il est à peu près aussi adaptable dans l’univers des JV d’aujourd’hui remplis de polygones et de machins complexes que d’autres classiques gravés dans leur époque comme Kid Icarus ou, pour prendre l’exemple d’un jeu encore dans l’actu qui ne marche que lorsqu’il n’évolue presque pas, Bomberman. Ou encore Brandish pour rester chez Falcom (déjà Brandish 4, c’était parfois bizarre).

Donc sortir une suite, c’est forcément casse-gueule. Et le premier Xanadu étant une espèce de dungeon crawler primitif, si on sortait la même chose en lui rajoutant tous les trucs à la mode acutellement, ça enlèverait tous les aspects sympas et personnels du jeu pour le transformer en une espèce de sous-Diablo à la jap. Et c’est à peu de choses près ce qu’est Xanadu Next, d’après ce qu’en disent certains joueurs. Mais les qu’en dira-t-on, ça suffit. Il est temps de tordre le cou aux vilaines rumeurs sur ce jeu à n’en point douter merveilleux.


“Mais Chaz, Xanadu Next c’est un jeu N-Gage à la base.”


Oh que c’est petit et mesquin, ça. OK, le concept est visiblement adapté de la version N-Gage faite avec trois francs six sous, et Falcom s’est pas foulé du tout, et on sent qu’ils ont sorti ça histoire qu’on ne les engueule pas parce qu’ils n’ont rien fait pour les 20 ans de Xanadu (même si les premières images du jeu datent quand même de 2003). Mais adapter des vieux classiques du PC jap, c’est pas simple, j’aimerais vous y voir ! Personne ne peut faire ça, personne !


“Mais Chaz, Falcom a bien montré qu’ils savaient faire des remakes très réussis avec Ys Felghana.”


Ah oui c’est vrai, merde.
Mais bon, j’ai fini Felghana, donc il est temps de passer à autre chose. Et puis surtout, un patch est sorti récemment, et il semble corriger de nombreux problèmes du jeu, rajouter un nouveau donjon sympa et permettre de jouer au pad. En plus c’est la première fois que j’achète un jeu Falcom en DVD, il est temps de fêter ça.


“Mais Chaz, t’as acheté Sora no Kiseki SC avec Xanadu Next.”


Mais rien ne dit qu’il est mieux que Xanadu Next !


“Euh, si, tout le monde. Ca a l’air vachement bien.”


Mais je n’ai pas fait le premier !


“Mais il était filé avec le SC dans la boîte que tu as achetée.”


Bon, tu me casses les couilles, toi.

Donc nous voilà partis pour découvr- ah oui non merde, le patch. Foutu PC.

Donc nous voilà partis pour découvrir Xanadu Next.


Directeur : Takayuki Kusano
Scenario : Toshihiro Kondo
Illustrateurs : Shunya Yamashita, Satoru Senda
Musique et sons : Sound Team jdk - Hayato Sonoda, Wataru Ishibashi, Takahide Murayama, Takahiro Unisuga, Yukihiro Jindo
Superviseur : Shinji Yamazaki
Producteur : Masayuki Kato


◆ Suite à une première petite intro (The “power of him” ! Ca ne rigole pas !) dont je vous épargne quelques
screens qui n’intéressent que moi, on entre dans le vif du sujet. A nous deux, Xanadu.





◆ Petit résumé de l’introduction. Comme d’hab avec Falcom, la CG est assez dépassée.


◆ Le vaillant Chazumaru arrive à bon port. Il recherche l’épée Dragon Slayer, cachée dans un château non loin.
Le vaillant Chazumaru a déjà sauvé le monde quelques fois, gagné plusieurs Master Leagues avec le Milan AC
et bâti des mégapoles (puis des mégapoles 2000) à sa propre gloire. Donc cette mission, c’est peanuts pour lui.
Par contre le vaillant Chazumaru est un peu autiste, vu qu’il ne parle jamais dans le jeu. La fille aux cheveux
roses à côté de lui se prénomme Char.


◆ L’essentiel du jeu est vécu avec cet angle de vue un peu particulier, à mi-chemin entre le 3/4 et la top view.


◆ Dans les intérieurs, on peut également faire des rotations de caméra. Ca ne sert pas à grand chose dans les
bâtisses du village, mais évidemment dans les donjons cela va s’avérer assez pratique. La 3D poly est assez
sommaire mais je trouve l’esthétique plutôt réussie. N’étant toujours pas habitué à jouer sur PC, j’ai aussi
sûrement oublié de pousser les specs à fond dans les configs.


◆ Xanadu Next n’est finalement pas vraiment un hack’n’slash à la Diablo, mais plutôt une espèce d’Ys simplifié,
voire en certains points d’un Zelda en plus austère. Il s’agit d’un jeu d’aventure “à l’ancienne”, dans lequel on
fouille divers donjons en butant des monstres et en résolvant des puzzles. La quête principale est parait-il assez
courte. La plus grosse influence de Xanadu réside dans la progression du perso. On monte en niveau en pouvant
répartir à loisir son expérience parmi diverses catégories. Par contre visiblement les différentes écoles pour
progresser dans les différentes specs ont disparu, on va désormais à l’Eglise pour augmenter ses diverses stats.
Un option intéressante permet de baisser de niveau pour remodeler son personnage. Comme vous pouvez le
voir à l’écran, le système de menu est disponible en pleine partie, sans mettre le jeu en pause. Oui, je vais sortir
de cette foutue première salle.


◆ Un des principaux reproches faits au jeu lors de sa sortie était sa maniabilité à la souris, intéressante mais
finalement peu adaptée au game design (et voilà certainement ce qui a induit les gens en erreur en le comparant
à des hack’n’slash). Heureusement un patch est assez vite tombé pour ajouter le support au pad, et c’est donc ce
que j’utilise. Effectivemment le pad est beaucoup plus intituif, même si les boutons manquent sur le mien (pour
pouvoir tout configurer au pad, il faut au moins disposer de 14 boutons). La souris sert encore pas mal quand il
s’agit de naviguer dans les menus d’équipement et de magasins, pour gagner du temps, mais il n’est pas trop dur
de switcher entre les deux dans ces moments-là. Notez le plan en haut à gauche.


◆ Première cutscene à l’Eglise, où l’on entend pour la première fois parler des Guardians, des sortes de cartes
magiques qui confèrent un attribut spécial à leur porteur. Mais pour l’instant, je n’en ai pas encore utilité. Cela va
changer très tôt.


◆ Voilà à quoi ressemblent les menus de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un magasin ou un service.
Ici la jolie Riese qui permet toutes les manips liées au gain d’XP. Cette interface est plus ou moins inspirée du
premier Xanadu, mais on la retrouve également dans de nombreux autres jeux de Falcom.


◆ Hop là ! Le maniement du perso est vraiment permissif, le jeu gérant automatiquement les sauts et les
différences de niveau au sol, etc. Une conséquence du maniement originel à la souris, mais qui rend très
bien au pad. Un peu comme les sauts automatiques des derniers Zelda, mais en plus souple.


◆ Sous l’eau, une jauge oblige le joueur à ne pas s’attarder longtemps. Il parait qu’on gagne de quoi se balader
sous l’eau par la suite, ainsi qu’une multitude d’autres capacités selon le schéma habituel “finis ce nouveau
donjon et tu gagneras une compétence qui te permettra d’atteindre ce nouvel endroit autrefois inaccessible…
”.
Du très classique en somme, m’enfin si on est assez idiot pour avoir acheté Xanadu Next, on est là pour ça.


◆ Diantre ! Un portail fermé ! (Il ne va pas le rester longtemps.) On ne peut donc pas modifier la caméra
manuellement en extérieur mais, comme vous pouvez le voir, le jeu se permet parfois de modifier lui-même
l’angle, tel un Alfred Hitchcock des temps modernes qui… hum.


◆ Je continue le tour du propriétaire… Ici un point de sauvegarde. On ne peut pas encore passer cette grille faite
d’infranchissables bitmaps et protégée par un garde mauve composé de treize polygones patibulaires.


◆ Nouvelle cinématique chez ce petit commerçant. Il y a aussi un marchand d’armes et d’armures.


◆ Et une grotte. Pour l’instant, on a rien à y faire, cela semble être un futur hub pour des donjons plus avancés.


◆ Bon il est temps de partir à l’aventure. Je récupère une clef à l’église qui me permet d’ouvrir le portail.


◆ Nous voici dans le premier donjon tutorial. Que va-t-il se passer ? Je le sais déjà, mais j’ai assez imageshacké
pour ce matin. La suite de ces aventures, à n’en point douter trépidantes, plus tard si vous êtes encore là sages.


#2

Quelles sont les differences avec la version Neugage à part les graphs ?


#3

Sincèrement, who cares ?

[edit] ou alors tu es un joueur N-Gage, et dans ce cas là je promets de ne plus me moquer du Haunting Ground de Tristan.


#4

Non mais alors, je…

C’est pas un choix mais…

Et puis les emul…

Et c’est pas un mauvais telep…

Et puis j’ai pas acheté de j…

Enfin si Puyo pop mais…

non mais…

TRISTAN A UN TICKET DE CAISSE AVEC MARQUE HAUNTING GROUND DESSUS !


#5

Et sinon, tu as quelle version de cette merveille finlandaise? :lol:

Edit : désolé!
Sinon la suite!! Je veux savoir ce qui se passe derrière les barrières de Mr Hitchcock!


#6

On s’en branle.

Ou alors vous en parlez ailleurs. On n’a pas un “topic des aveux honteux” ?


#7

Oui, arretez donc de souiller ce joli topic bien parti et son cliffhanger terrifiant, je veux une suite moi !


#8

Bon, je suis en plein levelling là, donc je vais poster la suite avant de partir. J’entrais ainsi dans le premier donjon


◆ Comme dans les bâtiments, on peut donc bouger la caméra à sa guise. L’automap en haut à gauche est
rudement pratique, même si j’oublie constamment de la regarder. Il est temps de s’arrêter sur le HUD du jeu.
Les deux barres en haut à droite représentent votre vie (en vert) et vos points de compétence spéciale (ou
“skill points”, en bleu). Juste en dessous, on peut voir qu’il reste un tout petit espace pour une troisième jauge,
celle d’expérience (violette), qui apparaîtra très bientôt. Les cases F1~F4 rangées horizontalement regroupent
les compétences spéciales équipées - pour l’instant il s’agit surtout d’attaques plus puissantes. Les cases 1~4
regroupent les objets. En fait il s’agit de raccourcis pratiques pour ne pas avoir à choisir d’objet dans le menu
pendant qu’un gobelin sorcier vous lance une boule de feu (puisque je rappelle qu’appeler le menu ne met pas
le jeu en pause).


◆ Un coffre ! On va y trouver une clef, qui ouvre une porte un peu plus loin. Chaque fois qu’on trouve un coffre
ou qu’on déclenche un mécanisme secret, on a droit à un petit jingle très Zelda dans l’esprit. Le premier donjon
est très linéaire et s’arrête toutes les cinq minutes pour vous dire la même chose que moi en ce moment, et les
monstres ne présentent aucun danger véritable. Il s’agit donc d’un tuto en bonne et due forme.


◆ Hmmm j’ai eu un peu de mal à prendre les ennemis en tof pendant que je les affrontais. Des chauve-souris,
des gobelins, le bestaire classique. C’est complètement action-RPG, on tape avec l’épée, on s’aide parfois avec
les compétences spéciales pour aller plus vite, et les ennemis laissent traîner des pièces et parfois des coffres
avant de trépasser. Notez en haut la barre de vie de l’ennemi que j’affronte en ce moment.


◆ Ca par exemple, encore des portes avec des clefs, mais je n’ai plus de clef… Que faire ?


◆ Bon sang de bois, c’est pourtant simple, comme dans n’importe quel jeu d’aventure sorti en 1985, il suffit
d’aller chez le commerçant du village en acheter une. On va dire que ça fait partie du charme rétro (et pour
être parfaitement honnête, ça marche assez bien).


◆ Une caisse ! C’est donc l’heure du premier puzzle, simplissime mais ayant pour but de montrer que l’on peut
pousser les caisses à sa guise, et même les détruire en plusieurs étapes.


◆ Par exemple cette caisse-ci, à moitié détruite, me permet de créer un escalier de fortune. Comme vous pouvez
le voir dans le menu, je viens de trouver une ローブ avec laquelle je peux équiper le brave Chazumaru, qui ne
renie pas sa féminité. Hop, si je l’équipe, l’aspect du personnage change avec, c’est un détail toujours agréable.


◆ Les affrontements se poursuivent… En bas à gauche, le log habituel des jeux PC (et de FF XI/XII).


◆ Ah bon, encore… Je vous zappe le retour chez le marchand, mais cette fois j’ai fait le plein de clefs.


◆ Je m’enfonce dans les profondeurs du donjon et finit par trouver deux coffres. Avant cela, je me suis retrouvé
dans une salle remplie de monstres dont la porte ne s’ouvrait qu’une fois les ennemis défaits, c’était bien dans
l’esprit Zelda (le premier) une fois encore.


◆ Là vous avez tous un petit jingle familier en tête, eh bien c’est presque le même qui se déclenche en vrai.


◆ Evidemment c’était un peu trop simple. Le monsieur se fâche, et notre brave Chazumaru est renvoyé à ses
études chevaleresques, dans un bain de sang.


◆[i] - Chef, chef, j’ai une super idée. A partir de là, la petite Char partirait sur un cheval buter seize colosses
gigantesques bâtis comme des donjons, et reviendrait près de l’autel entre chaque baston pour…

  • Ta gueule Fumito, on n’a pas le budget pour tes idées pourries. On va juste dire que la gonzesse de l’église
    lui file un Guardian pour le ranimer, mais qu’en contre-partie il est obligé de retrouver Dragon Slayer s’il veut
    quitter l’île un jour. Voilà, ça c’est bien.
  • Puisque c’est ça, je me barre chez Sony.[/i]
    La suite de l’anecdote est un peu mieux connue.


◆ Voilà donc mon premier Guardian, spécialisé(e) dans les HP. Vu le tableau des Guardian dans le menu, y en
a un paquet à récupérer dans le jeu.


◆ De retour à l’auberge, il est temps de s’équiper à nouveau.


◆ Puis, à l’église, de répartir des points de ma dernière montée de niveau. (notez que le Guardian a sa propre
barre d’XP). Une nouvelle option me permet de m’y occuper de mes Guardian. A partir de là, je peux passer la
grille en bitmap, mais je n’ai pas complètement exploré le premier donjon. Dont acte.





◆ Enfin bref, je fais le kakou et récupère divers objets et trésors. Dont une hache. Problème : comme l’indiquent
les petits chiffres rouges, je n’ai pas assez augmenté mon INT et ma REF lors du dernier Level Up pour pouvoir
l’équiper. Il me faudra donc retourner dans le premier donjon récupérer un niveau supplémentaire et enfin me
balader avec tel un gai bûcheron. En fait, je lui préfère ma dague, mais c’est pour le principe. Vous pouvez aussi
remarquer ma nouvelle “skill” équipée dans la case F2.


◆ Mais assez de forfanteries. Je franchis la grille, et…


#9

Après un bref i.n.t.e.r.l.u.d.e.@, il est temps de revenir à nos moutons xanadiens.
Un petit coup de log pour se rappeler où nous en étions… Ah oui !


◆ Le brave チャズマル bat donc la campagne, et rencontre les premiers slimes du jeu. Des ennemis point trop
dangereux. Mais le coin est également rempli de gobelins arquebusiers un poil moins cléments.


◆ Le cadre est donc plutôt verdoyant… A force de buter des slimes, je trouve un deuxième guardian, Sorcerian.
Un joli clin d’oeil aux fans.


◆ Notez quelques efforts de mise-en-scène alors que je retrouve Agnès, que j’avais d’abord rencontré chez le
commerçant de la ville. C’est un supporting character récurrent, d’ailleurs nous allons la retrouver un peu plus
bas dans ce post.


◆ Un puzzle pratiquement similaire à celui de la démo de Tomb Raider. C’en est déroutant. Une fois concrétisé,
on récupère yet another guardian, Démon Caché.


◆ La faune locale allègrement exterminée, il est temps de franchir ce cours d’eau pour rejoindre Agnès (ha !
qu’est-ce que je disais ?). Elle va nous expliquer comment briser les portes scellées, puis servir de magasin de
fortune. Tout cela est mauvais signe.


◆ L’aventurier expérimenté ne s’y était pas trompé : voici l’heure du premier boss du jeu, la Salamandre. Il doit
faire un peu tiep sur les photos, mais il fait mal, le bougre. Beaucoup trop mal d’ailleurs, alors que je ne lui enlève
qu’un misérable point de vie par assaut. Il est temps de battre en retraite.


◆ Il est donc temps de faire du levelling. Une très bonne idée de Xanadu Next, c’est de prendre ce genre de
situation à la légère. Alors que dans un jeu habituel, le levelling prend bien entre 30 et 60 minutes bêtement
perdues, il suffit ici généralement d’une dizaine de minutes à chasser du slime et d’un niveau supplémentaire
pour décupler ses forces, acquérir de nouveaux pouvoirs et s’équiper convenablement.


◆ J’ai désormais fière allure, n’est-ce pas ? Notez l’acquisition astucieuse d’une magie de glace pour affronter un
boss visiblement axé sur le feu. Mon totem scout était Renard Finaud.


◆ Du balai, sac-à-main ambulant ! (le sort de glace est effectivemment très pratique contre lui)


◆ Après une cut-scene assez bateau avec Agnès, je récupère la magie de feu (j’ai bien fait de ne pas l’acheter,
tiens) et pénètre dans…


◆ …le 千古の迷道 ! Enfin le… comment dire ça en bon français… le passage de ceux qui errent depuis la nuit
des temps
? Bref, vous voyez le genre. Il fait sombre, là-dedans.


◆ Ah oui, c’est le retour des portes fermées à clef. J’en ai encore trois sur moi, mais par précaution je vais
repartir en chercher quelques unes. C’est chez le commerçant que je remarque l’arnaque : elles montent en
prix à chaque clef achetée. Je ne me souviens plus si c’était déjà comme ça dans Xanadu, mais voilà qui est
fort contraignant.


◆ Au menu, des chauve-souris, des slimes explosifs, et une tripotée de squelettes belliqueux. Et surtout plein de
vases, de pots et de caisses à casser. Vandalisons sec. A mort, le CPE !


◆ Toute une partie de ce passage sous-terrain est submergée.


◆ Du coup je ne peux progresser. Il va falloir trouver un moyen de contourner ce problème.


◆ Cherchant une solution, je continue de piller fouiller les lieux et découvre un guardian, Belladona.


◆ Je vous passe divers puzzles et affrontements à la con, et je tombe finalement sur un édifice familier. Il va
maintenant falloir trouver le sceau qui ouvre cette porte. Arrivant dans une salle mettant la BGM en veilleuse, je
me prépare au pire. Effectivemment, dès que je m’approche de la porte, un piège se déclenche : Me voilà nez-à-
nez avec un slime géant et, pire que tout, violet foncé. Il fait mal aux yeux.


◆ Heureusement, j’avais acheté la magie d’électricité, et le combat se déroule sans encombre. Parlons un peu
des skills (F1 à F4, en haut à droite). Elles se divisent en deux catégories. Il y a d’abord les magies, qu’on
apprend dans des grimoires trouvés sur le champ de bataille ou achetés chez le commerçant du village. Elles
sont généralement assez puissantes et très pratiques si on réfléchit un peu en les utilisant (genre le sort de feu
contre un ennemi crachant des flammes, bof). L’autre genre de skill regroupe toutes les attaques spéciales qu’on
apprend à force d’utiliser une arme. Chaque arme ou presque à sa propre compétence spéciale, il convient donc
de ne pas jeter une arme moins forte si elle permet d’apprendre une compétence de plus. Si je me souviens bien,
FFIX proposait un système similaire.


◆ Après avoir brisé le sceau, je me retrouve en face d’un mécanisme qui affecte le niveau d’eau. Quelle
coïncidence, c’est inouï, je ne reviens pas, je suis bouche bée z’et bras ballants.


◆ Dans ces caveaux humides, mille-et-un nouveaux trésors m’attendent. Y compris Durandal.


◆ Il faut agir intelligemment contre les slimes explosifs, car ils font très mal en mourrant si l’on reste près d’eux
(ils explosent, vous l’aviez deviné, bravo vous êtes formidable). Qui plus est, ils feront tout aussi mal à n’importe
quel ennemi se trouvant dans les parages ! On peut donc retourner cet élément à notre avantage, ce dont il faut
abuser sans vergogne. On peut également voir, sur cette capture d’écran décidemment instructive et digne d’un
Capa dans ses meilleures heures, que ce slime laisse un coffre derrière lui. C’est parce qu’il s’agit du dernier
monstre de cette salle, et que le dernier monstre laisse toujours un coffre. Un bon moyen de vérifier qu’on a
entièrement nettoyé la zone.


◆ J’ai quand même pris un screenshot des squelettes, même s’ils ne sont pas très photogéniques. Certains sont
armés de gourdins (en bas de l’écran), d’autres d’arcs et flèches (en haut de l’écran). Les squelettes ont pour
particularité de “mourir” une première fois puis de revenir nous embêter avant d’être réduits à l’état de poussière
sous les coups d’un dernier assaut. La résurrection n’est pas très discrète, puisque les squelettes sont alors
enveloppés d’une brume rougeâtre telle que celle que vous surprenez sur ce cliché (Cartier-Bression, tiens-toi
bien). Il est donc assez simple de se défaire de ces impertinents.


◆ Quelques nouvelles phases de puzzle simplistes continuent d’entrecouper les séquence de pugilat. Vous pouvez
déjà remarquer en haut à droite (case 4) que je possède désormais un objet dont je n’ai plus le nom en tête mais
qui me permet de me téléporter instantanément au village.


◆ Saperlipopette, un nouvel escalier !


◆ Me voilà de nouveau à l’air libre. Bizarrement, je suis plus inquiet que dans les abysses…


◆ Le comité d’accueil me donne raison ; ces guguesses sont bien plus coriaces que les peaux vertes du début.


◆ Là ! Qu’est-ce que c’est que ce truc, énorme et griffu !? Je ne préfère même pas l’approcher. L’office touristique
local n’avait jamais mentionné ce genre de bestioles dans son prospectus.


◆ A force de fuir faire une petite course de reconnaissance des environs, je tombe sur une statue bizarre.


◆ Elle n’attendait que moi pour se transformer en vieillard. Le pauvre semble aussi perdu que moi.


◆ Courageux mais pas téméraire, je préfère hum aller vérifier les autres issues du passage de tout-à-l’heure.
Non mais c’est-à-dire qu’il faut savoir être exhaustif, je préfère ne pas faire les choses à moitié, sinon après ça
reste dans le frigo et ça finit par se gâter… Voilà, voilà…


◆ Ah.


◆ Simple contre-temps ! Allons plutôt de ce côté-ci.


◆ Ah.


#10
  • téléportation depuis le topic des savokoi *

Donc, on parlait de Ys, et je me disais, que quand même, le bruitage dont parle Tristan ici (http://www.advantaged.net/boulette/viewtopic.php?id=34&p=30) ressemble super pas mal à celui de Metroid, non ?

Je précise que je joue avec les musiques remix de la version Nec CD, au cas où ça change quelquechose à ce niveau.


#11

Bonne initiative que de ressortir ce topic, peut être cela poussera Chaz à enfin nous delivrer de ce suspens intense (sait on jamais).
Sinon, hop, voilà ton voeu exaucé mon Tristan !
Rippé à la mimine depuis Felghana, gentiment hosté par axel, un travail collégial rien que pour toi.

Pour ce qui est du bruitage Metroid, je suis super nul dans ces choses là, mais un collègue (sauras-tu le deviner G_G ?) me souffle à l’oreille que oui ça ressemble à mort à mort à mort. Du coup on se posait la question de savoir lequel des deux était le plus vieux, ou si les deux jeux partagaient le même staff musique. Dma ? :smiley:


#12

Oui, enfin tout est relatif.
En effet ça ressemble mais le son de Metroid est beaucoup plus coulé, sinon c’est juste une pauvre gamme alternée.


#13

Merci les amiches ! Vite, un Coca ! \o/

Oh, que je l’aime cet item get… (;_; )

Je crois qu’il s’appelle Lucky Treasure Chest et qu’il a été composé par Yuzo Koshiro.
Metroid c’est de Hirokazu “Hip” Tanaka d’après Wikiwiki.


#14

Yep ce ne sont pas du tout les mêmes compositeurs mais c’est clairement proche, repompe ?
(lien viré, il ne marchait pas de toute façon)


#15

Euh alors pour Xanadu, en fait je l’ai fini pratiquement dans la foulee de ces posts. Tres sympa jusqu’au bout, pile ce que je voulais, meme si j’ai trouve quelques niveaux avances un peu moches “gris PC”. Je n’ai pas continue les posts parce que progressivement j’ai eu la flemme d’imageshacker les screens, puis la flemme de prendre les screens, puis j’avais tellement avance que je ne savais plus trop ce que je voulais dire dans les vieux screens que j’avais, puis j’ai surement trouve une bonne excuse du genre “ne spoilons pas trop le jeu”… Ceci dit je dois encore avoir deux ou trois centaines d’ImprEcran sur mon disque dur, vu que j’ai du bien continuer a snapshoter jusqu’aux deux-tiers.

Pour Ys:

Si je me souviens bien, la comparaison exacte que j’avais faite etait “1 jour pour finir l’original, 3 jours pour finir le remake”.


#16

Bonjour,

Je suis un post de remplissage visant à faire de ce topic le topic officiel Falcom, et à sauter cette première page de la mort et ses trouzemilliards de photos. Vous pouvez me lire, mais vous pouvez m’oubliez aussitôt ; et vous m’oublierai de toute façon aussitôt avoir lu la nouvelle que je precède.

Je suis le post de remplissage 1/5.


#17

Bonjour,

Je suis un post de remplissage visant à faire de ce topic le topic officiel Falcom, et à sauter cette première page de la mort et ses trouzemilliards de photos. Vous pouvez me lire, mais vous pouvez m’oubliez aussitôt ; et vous m’oublierai de toute façon aussitôt avoir lu la nouvelle que je precède.

Je suis le post de remplissage 2/5.


#18

Bonjour,

Je suis un post de remplissage visant à faire de ce topic le topic officiel Falcom, et à sauter cette première page de la mort et ses trouzemilliards de photos. Vous pouvez me lire, mais vous pouvez m’oubliez aussitôt ; et vous m’oublierai de toute façon aussitôt avoir lu la nouvelle que je precède.

Je suis le post de remplissage 3/5.


#19

Bonjour,

Je suis un post de remplissage visant à faire de ce topic le topic officiel Falcom, et à sauter cette première page de la mort et ses trouzemilliards de photos. Vous pouvez me lire, mais vous pouvez m’oubliez aussitôt ; et vous m’oublierai de toute façon aussitôt avoir lu la nouvelle que je precède.

Je suis le post de remplissage 4/5.


#20

Bonjour,

Je suis un post de remplissage visant à faire de ce topic le topic officiel Falcom, et à sauter cette première page de la mort et ses trouzemilliards de photos. Vous pouvez me lire, mais vous pouvez m’oubliez aussitôt ; et vous m’oublierai de toute façon aussitôt avoir lu la nouvelle que je precède.

Je suis le post de remplissage 5/5.