Le topic des lectures


#1221

Pas folichon mais il y a des fans de Zombie Zombie ici :


#1222

Après un an d’hibernation, j’ai rebranché mon cerveau.
Dernières lectures:

L’Age des extrêmes : Histoire du court XXe siècle (1914-1991), par Eric Hobsbawm (810p)

“Nouvelle édition” d’un livre qui aura été traduit en vingt langues avant d’apparaître finalement en français (par la grâce d’un éditeur belge). Ceci tient à une raison simple: Hobsbawm, l’un des historiens les plus éminents du XXe siècle (il est mort en octobre dernier), a le tort d’être marxiste. En France, l’histoire contemporaine est dominée par les conservateurs farouchement anti-communistes (cf François Furet), que la parution de ce “brûlot” semblait considérablement défriser.
Sauf que de brûlot, il n’y a point. Le livre est une histoire synthétique du XXe siècle du même genre que La naissance du monde moderne de Bayly. Je le trouve bien plus digeste, dans le sens où il prend un peu plus d’espace pour approfondir que d’autres tentatives globalisantes du même genre, qui passent sans cesse du coq à l’âne et dont on ne garde finalement pas grand chose.

Le livre d’Hobsbawm est une mine d’or pour remettre les évènements du XXe siècle dans leur contexte social, économique, politique, géographique, culturel et artistique. Il est écrit très lisiblement et évite résolument tout jargon. S’il semble développer une perspective plus favorable au bloc communiste que ce qu’on peut avoir l’habitude de lire, l’impression est intégralement due aux présupposés culturels qu’on nous a infligés, qu’on s’en rende compte ou non, depuis l’enfance. L’auteur ne fait preuve d’aucune complaisance envers les dérives du système soviétique, mais démontre preuves à l’appui que l’URSS de Staline et ses successeurs n’avait, à quelques soubresauts près, plus aucune vélléité expansionniste après Yalta, directement comme théoriquement d’ailleurs, comme l’ont bien montré les désaccords avec la Chine de Mao. L’URSS s’est contentée de défendre son pré carré et la ceinture d’états satellites qu’il avait sous sa coupe et qu’il se gardait bien de convertir au “socialisme réel”. Dans le même temps, la guerre froide a permis au camp d’en face de se maintenir au pouvoir, d’étendre ses réseaux d’influence et d’approvisionnement énergétique en arguant du “containment”, tout en développant le fameux “complexe militaro-industriel” responsable de l’aventurisme encore en vigueur aujourd’hui.
La montée du fascisme, les véritables causes de l’effondrement de l’URSS (non pas “la victoire du capitalisme” qui n’aura finalement pas combattu, mais l’obsolescence d’un Etat qui s’est efforcé durant tout le XXe siècle de devenir la superpuissance du XIXe), l’évolution des idéologies dans le domaine politico-économique, tout cela permet d’observer le monde actuel avec un recul salutaire. Le tout est agrémenté de très brefs souvenirs personnels qui rendent à ce récit parfois très large sa dimension humaine. S’il ne faut lire qu’un livre d’histoire sur le XXe siècle, que ce soit celui-ci.

Il était une fois le dernier homme, par Dany-Robert Dufour (224p)

J’étais circonspect par rapport à ce type d’entreprise aux frontières de l’anthropologie, la psychanalyse et la philo, mais cette histoire de l’homme comme “animal mal fini” (néotène) m’a passionné. Obligé de “naître deux fois” pour espérer “se finir”, de construire une “seconde nature” pour supporter son absence de place et de capacités dans la première, l’homme s’appuie sur les récits, la grammaire, et la prosthétique.
Esprit de meute, tabou de l’inceste, religion, désir et manque, lecture du génome, transhumanisme, on fait le tour de l’homme en deux cent pages. Les derniers chapitres et leur discours humaniste révulsé contre la “dictature du 1%” m"ont moins convaincu, mais le reste est excellent, et l’humour lacanien un rien désuet est tout à fait charmant. En prime, le 8e chapitre est la lecture la plus pertinente que j’ai jamais lue sur Evangelion.


#1223

Un court livre dont vous êtes le héros, spécial démonologie. J’ai tellement ri.


#1224

“Les mœurs changent, les usages évoluent, la politesse demeure.
Comment installer à table un couple d’homosexuels ? Comment répondre au téléphone portable et aux mails, derniers supports de la goujaterie ?
Le prochain livre de la princesse Hermine de Clermont Tonnerre, Savoir vivre au XXIe siècle, paraîtra aux éditions l’Archipel le 20 mars. Elle rappelle que la politesse permet de vivre en harmonie avec autrui, et de s’éviter bien des désagréments - notamment celui d’être classé parmi les snobs, les malotrus… ou les tristes sires.”

C’est pas trop tôt. Depuis 12 ans qu’on a multiplié les impairs… L’aurait pu se magner l’cul la princesse, moi je dis.


#1225

Première leçon, le complément de phrase interrogative n’a pas été interverti…
Ça devrait s’appeler “Manuel de savoir vivre au XXIe siècle” pour être dans le ton de ce type de publication tiens.


#1226

The Professor, the Bikini Model and the Suitcase Full of Trouble

Vous imaginez la suite, mais elle vaut le coup d’être lue car le professeur en question est soit un complet cinglé, soit un génie manipula…

… Oui non OK il est débile.

J’imagine la déception des reporters et avocats consciencieux placés sur l’affaire depuis deux ans.


#1227

Le sexe.


#1228

Le livre de poche a 60 ans. Une avancée majeure qui déplaisait à ce garçon placé sans doute un peu à droite d’Hitler dans sa vision de la vie en général :seagull:

Ou alors il tentait une très maladroite défense de la lecture noble, dans le sens où le livre de poche comme objet peu onéreux trivialisait l’accès aux grands auteurs et dénaturait la révérence et l’investissement temporel et financier nécessaires à la lecture des gros livres, mais j’en doute :lol: (oui je parle comme dma si je veux)


#1229

(ça manque de ponctuation tout de même)

Un parallèle est souvent invoqué au sujet du eBook (Godwin material then).


#1230

Sur la frontière, de Michel Warschawski. (Pluriel, 312 p.)

Une excellente introduction à l’évolution de la société et de la politique israélienne de 1967 à nos jours. L’auteur est un activiste pro-palestinien, juif pratiquant et antisioniste.
La première partie, sorte d’autobiographique de son activité politique, n’est pas très intéressante, avec ses listes d’éminents amis palestiniens qu’il va embrasser à la sortie de prison ou avec les épouses desquels ses enfants vont pique-niquer.
La seconde et la troisième partie, par contre, dressent un tableau ramassé, percutant et passionnant de l’évolution des mentalités en Israel depuis 1967, par rapport à la question palestinienne et à la conception de l’Etat d’Israël.
Le caractère profondément anti-religieux du sionisme originel, le silence voire la complaisance des dirigeants de la première colonie face au judéocide, le rôle de l’armée dans le tissu social, la montée du messianisme
dans le courant des années 70 qui accompagne la montée du religieux au centre de la politique israélienne, les tensions entre les différentes générations et groupes d’immigrés israéliens, les malentendus sur les attentes et la définition du processus de paix des années 90, tout est là. Ecrit dans un style limpide, c’est un digest exceptionnellement éclairant pour comprendre l’impasse actuelle, éclaircir certaines définitions et dépasser le discours officiel israélien comme celui des pourfendeurs du “complot talmudiste” qui connaissent actuellement de beaux jours sur internet.

Pour un point de vue plus académique, Les 100 clés du proche-orient (Alain Gresh, Dominique Vidal, Pluriel, 745 p.) offre un panorama historique et géopolitique très complet, bien qu’un peu décousu avec sa forme en “lexique” (qui permet cependant de le lire très facilement par petits bouts).


#1231

Très intéressant, merci !


#1232

Puisque Zanzibar est une destination à la mode, un roman d’anticipation de 1969 prodigieusement visionnaire.


#1233

En vitesse, “Tous à Zanzibar” est une petite merveille qui met le pied à l’étrier à tout le mouvement cyberpunk qui arrivera plus tard.
Par contre, on peut tout à fait ne pas aimer le style d’écriture un peu trop “dynamique/haché/publicitaire” mais ça reste pour moi, un énorme jalon dans la littérature SF.

Par rapport au mouvement cyberpunk (et à notre société actuelle) il avait à peu près “tout prévu” (c’est un peu galvaudé de dire ça mais bon…) sauf peut-être les médias numériques en réseau.

Il existe une suite qui s’appelle “L’Orbite déchiquetée” qu’on peut lire si on a apprécié “Tous à Zanzibar”.
On cite souvent également “Sur l’onde de choc”, mais aux dernières nouvelles (qui datent) il était introuvable.

Ono, Go ! Go ! Go ! (et les amateurs de S.F. également)

EDIT : Et normalement “Tous à Zanzibar” est assez facilement trouvable en poche, pas de raison de s’en priver donc…


#1234

Intégralité de l’entretien de Chris Marker avec le philosophe Cornelius Castoriadis. Filmé en 1989.

Et sinon, 2013 s’annonce pas mal pour les fans de Jean-Philippe Jaworski.

Pas encore lu mais son papier sur l’évolution du droit d’auteur a l’air très instructif.
Son troisième roman sortira le 22 août, toujours chez les excellents Moutons Électriques (dont l’essai sur le générique de série TV pourrait intéresser certains).

[ADD] Purée, ils ont sorti plein de bouquins qui m’interpellent depuis mon dernier passage ! :open_mouth:
Notamment ceux sur Alan Moore, H.Miyazaki et celui-ci :

Il y a également celui à la couv horrible consacré aux manettes.


#1235

Pitcairn Island, là où les révoltés du Bounty ont fondé leur société, ce que font des forçats sur un rocher désolé au milieu du Pacifique pendant 200 ans, la loi anglaise, et ses rapports avec ses colonies.


#1236

Je suis tombé sur cette collection de digests super sexy avec des couvertures über classes, très épurées, et dans une matière “effet carton” super agréable à prendre en main.

J’ai pris celui sur les maths et la psychologie pour tâter le terrain, c’est parfait pour ouvrir des portes et rafraichir la mémoire, et ça donne quelques pistes pour creuser derrière. Ça reste du digest grand public mais ça fait très bien le job

(Il y en a d’autres)


#1237

Je vois un bonhomme moustachu avec un bonnet sur celui de maths. Il me hantera toute la journée.


#1238

Ah, marrant, j’étais plutôt parti sur de l’inca type :


#1239

How Beverly Hills billionaire farmers Lynda and Stewart Resnick profit from the Iran sanctions they lobbied for.

C’est Madmax + Dynasty.


#1240


QU’EST-CE QUE QUOI.

J’ai une amie qui travaille sur le plan marketing de cette chose donc je ne veux pas pousser des cris d’orfraie immédiatement, mais ça me démange.