Le topic des reviews ciné


#6901

Peut-être que Wolverine aura le droit de revenir dans Marvel Vs Capcom, du coup ? Plus sérieusement, c’est la continuation de la course effrénée vers l’accumulation de catalogue média, c’est-à-dire encore un paquet de films et de séries qui quitteraient Netflix pour aller rejoindre la future plate-forme de diffusion en ligne de Disney. Mais j’ai hâte de voir Homer Simpson dessiné par Nomura dans Kingdom Hearts 4.

Sinon apparemment, Épouse-moi mon pote, c’est pas terrible.


#6902

La promo de Deadpool 2 est top.


#6903

Je dois avouer que c’est du trailer d’élite.

Pendant ce temps:

https://www.youtube.com/watch?v=coOKvrsmQiI


#6904

Cocaine is a hell of a drug


#6905

Rampage ? Ce Rampage !? S’il fallait une confirmation qu’Hollywood est à court d’idées… Où en est la trilogie Tetris, tiens ?
Du coup, je croyais que ce passage chez Jimmy Kimmel était une blague, mais je suppose que c’est un vrai film d’ici trois ans.


#6906

Super à la bourre, j’ai vu Blade Runner 2049.

J’ai lu toutes vos réactions “à chaud” de l’époque (suffit de remonter de deux pages environ). Je ne sais pas ce qu’il vous en reste après quelques semaines mais je suis mitigé, même si je suis d’accord avec Chev que ça vaut au moins le coup de le voir si on a aimé un tant soit peu le premier film.

Il y a de quoi becqueter et discuter avec des potes, on est loin d’une croûte et le film sait à la fois être respectueux du premier sans trop tomber dans le pastiche, ce qui était sans doute le plus gros piège dans lequel il aurait pu tomber. Le film sait trouver ses propres thèmes à explorer, mais je le trouve relativement con-conventionnel par rapport au message et même aux idées de design du premier Blade Runner.

Villeneuve a des choix de mise-en-scène intéressants, des thématiques fortes dont il ne lâche pas la bride (ici le thème de la solitude) et un talent certain pour appliquer à l’écran de bonnes idées de storyboard, mais je persiste à penser qu’il est à chaque fois bien aidé par un casting béton et surtout un photo op exceptionnel, et qu’on lui accorde inconsciemment le crédit du travail de son staff. Je le trouvais limite plus intéressant quand je croyais qu’il faisait des volontairement des films de droite (comme Sicario), quitte à ce que les films m’énervent. Ma grosse déception de Blade Runner 2049, c’est de réaliser que Villeneuve ne fait même pas exprès d’être un cinéaste conservateur, au sens politisé du terme.

On est passé d’un film noir cyberpunk à un film noir cyberbourgeois, avec des angoisses et des préoccupations à l’opposé du nihilisme de Deckard en 2019, et un scénario qui ne fait même pas exprès de casser le joujou en pervertissant inconsciemment le propos de Blade Runner (et du bouquin). L’intérêt des Replicants était justement de réclamer le droit à la vie et à la liberté malgré leurs différences. Leur date de péremption exagérée était un élément fondamental de la critique du film. Le scénario quasiment christique de 2049, sans trop m’étaler pour éviter les balises spoiler à rallonge, raconte un débat très différent et beaucoup plus bateau sur le thème de l’humanité. “Ils sont vraiment un peu comme nous après tout”, ou la lutte de classes sous le prisme des opportunités, c’est vraiment des thèmes de WASP. A fortiori quand le film manque d’établir une symétrie volontairement ironique avec les rôles des femmes et des autres ethnies dans la société qu’il nous montre. Voilà un message conservateur qui aurait pu être drôle, ou au moins un poil provocateur en 2017, mais tu sens que c’est malheureusement totalement inconscient. Je passe outre les incohérences de scénario mentionnées par Abuzeur mais je suis également interloqué par les motivations des différents personnages.

Autre problème que j’ai avec ce film : les décors sont sublimes mais ils ne racontent pas grand chose, à part la valeur d’opulence des lieux visités. Dans le premier film, il y avait une certaine logique à l’agencement et l’architecture des immeubles. Ici, les choses font beaucoup moins sens et on a l’impression de visiter la galerie d’un concours d’étudiants offrant chacun leur vision d’une pièce futuristique. Un exemple simple : l’immeuble de Wallace. Le bureau de Wallace est fonctionnellement absurde, mais on s’en fout. Il est richissime ; il fait ce qu’il veut. Par contre, l’agencement de la salle d’accueil (?) de son complexe où K peut aller demander des infos sur un vieux modèle Nexus ne répond à aucune putain de logique pratique ; personne ne travaille au quotidien dans un endroit pareil, aucune femme de ménage ne nettoie cette salle chaque matin, on est dans un décor de pub d’horloger suisse. Pareil au niveau macro avec la façon dont les cités-dortoirs ont été construites. Il s’agissait d’un empilement chaotique d’immeubles dans le premier film. En 2049, histoire de réussir le plan du survol de la ville, on voit que le quartier où habite K a été sciemment organisée sur un modèle symétrique qui ne fait à la fois pas grand sens thématiquement (Los Angeles est devenue communiste en 30 ans ? La ville est subitement assez riche pour organiser l’urbanisme local à ce point ?), et aucun sens d’organisation sociale de l’espace. On s’en fout, de donner de la place aux bagnoles de police (les seules à avoir le droit de voler manifestement, sauf quand ça arrange le scénario) pour atterrir facilement entre les immeubles ? On s’en fout, des risques de propagation d’incendie entre les blocs ? Allons bon.

Contrairement à Sicario qui savait étouffer le spectateur avec un simple couloir, j’avais plutôt ici l’impression de regarder de superbes fonds d’écran incapables d’évoquer un sentiment autre que la contemplation. Et je comprends la volonté de montrer que K est un type solitaire mais l’absence incongrue de passants dans la moitié des scènes, donnant l’impression que tout a été filmé dans un fond vert, me sortait du film à chaque fois. Ca manquait cruellement de figurants, surtout quand on réfléchit cinq minutes aux thèmes de Blade Runner. La solitude de K devrait se faire en dépit de la claustrophobie ambiante, et non parce qu’il est seul dans la rue sur un plan large. Ono parlait de

Spoiler

Las Vegas

; j’aurais limite préféré que toute l’action se passe là-bas, ou en tout cas dans une autre ville que Los Angeles qui semble être un décor de jeu vidéo, aussi virtuelle que les hologrammes du film, plutôt qu’une vraie ville grouillant de monde comme le film essaie de le faire croire (et comme le premier film le faisait ressentir avec brio).

Au final, les thèmes les plus intéressants et la scène la plus mémorable, c’est tout ce qui tourne autour de Joi. (Surtout en contraste avec le perso de Luv, qui mérite tous les grincements de dents médiatiques concernant la représentation des femmes dans le film.) La relation entre K et Joi raconte des trucs plus intéressants sur le besoin d’humanité des personnages et sur l’univers dans lequel ils vivent que tous les trucs rapportés maladroitement du premier Blade Runner. Joi est littéralement un personnage de fantasmes et de projections, et c’est presque rafraîchissant de voir à l’écran le sentiment sincère des auteurs sur la place des femmes dans la société. C’est dans ces moments de franchise, comme la morale de Sicario, que le cinéma de droite décomplexée / néo-conservateur ne me dérange pas et propose des pistes intéressantes. Malheureusement, c’est obligé de rester un B-Plot pour coller à la franchise du film et comme le déplore Alioch, au final, ils n’en font à peu près rien. Ce thème aurait d’ailleurs mieux fonctionné si l’intrigue s’était déroulée principalement dans la partie “orange” du film.

Y a aussi des trucs en arrière-plan que je trouve sous-exploités

Spoiler

(Par rapport au message du film, en tout cas du premier Blade Runner, ça aurait pu être intéressant d’exploiter le thème des gamins qui travaillent à la chaîne telle des petites machines déshumanisées dans l’orphelinat-usine Nike).

Seul succès que je reconnais à l’intrigue : c’est beaucoup plus proche d’un vrai film noir que le premier Blade Runner. On explique souvent ce dernier comme un “film noir”, mais bof, c’est une connexion surtout esthétique car le scénario ne ressemble en rien au Faucon Maltais. Blade Runner 2049 par contre, quoi qu’on pense de son intrigue, ressemble beaucoup plus au casting de personnages et aux tropes d’un film noir traditionnel.

TL;DR : mouaif. Je suis sans doute un peu dur car Hollywood enchaîne les trucs sans âme ni ambition en ce moment, tandis que ce film ne manque pas de “propositions de cinéma”, pour rester positif.


#6907

Tu aurais pu au moins mettre un lien de la version arcade. :stuck_out_tongue:


#6908

Je n’y ai jamais joué en arcade (ni vu la borne où que ce soit d’ailleurs), donc pour moi, Rampage, c’est spécifiquement celui-là. Je dois encore avoir la disquette quelque part.


#6909

En parlant de Rampage, un bel hommage au cinéma jusqu’au boutiste de Bruno Mattei :

Vu aussi Blade Runner 2049 qui sur le moment ne m’a procuré qu’un sentiment d’“à quoi bon ?”, avec un pic de consternation lors des apparitions de Jared Leto, mais qui, après coup, a au moins eu le mérite de me donner envie de relancer le jeu de Westwood. Et ça a pris un gros coup de vieux, notamment au niveau des designs qui font très deuxième moitié 90s, entre le répliquant rasta à la Alien 4 et la fliquette de direct to video de l’époque, là où toute la partie visuelle du film d’origine demeure intemporelle.
Je pense aussi que Villeneuve récolte les lauriers pour toute son équipe, en grande partie parce que la grosse majorité du public n’a pas vraiment connaissance ou conscience de l’importance de postes tels que directeur de la photo, chef décorateur, cadreur, etc. Mais c’est le même problème que dans d’autres domaines où le directeur ou auteur d’une oeuvre est renommé créateur et devient l’unique artisan visible dans les médias.


#6910

Et donc, John Lasseter s’absente de Pixar quelque temps, et on chuchote que ça ne serait pas pour des raisons de santé.


#6911

Lasseter, putain, quelle tristesse. Comme à chaque fois ou presque, je commence l’article en me disant “oh bon ça va en fait” et plus ça descend, moins les euphémismes du compte-rendu arrivent à atténuer les grincements de dents… Je ne voudrais pas faire la chasse aux ragots, mais la bombe à retardement potentielle pour Disney, c’est surtout les nombreuses rumeurs flottant autour de Dan Schneider (donc des comportements douteux sur des actrices qui-plus-est mineures via des programmes pour enfants de Disney = triple combo), potins jamais confirmés mais qu’on voyait apparaître lors de la dernière décennie sur les mêmes blogs de délation que les indiscrétions anonymes concernant Spacey ; un rapprochement qui n’aidera pas à les faire disparaître des sites conspirationnistes américains, notamment ceux proches des courants Red Pill.


#6912

En tout cas le fait que Lasseter allait se retrouver dans la mouise avait été leaké quelques jours avant, et comme ça n’était pas le seul nom concerné par ces prédictions qui semblaient rocambolesques, je suis curieux de voir quelles autres affaires vont surgir ces prochains jours. Tout cela est en tout cas fort décevant.


#6913

Vu The Foreigner aujourd’hui. Je n’avais aucun à priori en allant le voir et aucune attente, donc j’ai passé un bon moment. Ne m’intéressant pas énormément à ce qui se passent entre l’Angleterre et l’Irlande du Nord, j’ai juste dû faire quelques petites recherches pour bien comprendre le film après coup. Mais à part ça, le film mêle bien l’action au drame, et répond aux questions qu’on peut se poser tout du long. J’ai grandi en voyant Jackie Chan dans des films plutôt comique, et le voir dans un film plus sérieux était tout d’abord étrange, mais il assure bien! Et puis il est encore bien en forme pour son âge! :wink:


#6914

La bande-annonce d’Infinity War:

https://www.youtube.com/watch?v=6ZfuNTqbHE8

Je remercie After Hate au passage parce qu’avoir regardé leur lien bonus de l’épisode 50 sur comment faire des bandes-annonces de blockbuster a rendu celle-là bien plus divertissante qu’elle ne l’aurait été autrement.


#6915

Mais il n’y a pas un problème avec la couleur de Thanos? Il ressemble à un gros chewing-gum rose! XD

Comme aussi, je ne connais pas très bien les comics, mais est-ce qu’il y a une Widow blonde? Je l’ai toujours connue rousse ^^


#6916

L’épisode 3 d’ADAM est up, pour rappel c’est la série de Neill Blomkamp fabriquée sous Unity

https://youtu.be/tSDsi2ItktY


#6917

10 minutes pour rappeler l’importance historique du procédé Techinocolor au cinéma :


#6918

Ah ben il manquait plus que ça : Every Frame a Painting arrête son super taf.


#6919

:frowning:


#6920

L’intérêt de Jurassic World, c’était de voir Bryce Dallas Howard courir dans la jungle en tailleur et en escarpins. Mais voir Bryce Dallas Howard courir dans la jungle avec des fringues adéquates, quel intérêt ? Ils ont l’air de se prendre beaucoup trop au sérieux suite au carton inespéré du précédent.

https://www.youtube.com/watch?v=NQYnUJeIENo