Le topic indispensable de la Sega ♥ Saturn // CR2032 remembers love


#321

Echauffons-nous pour l’E3.

https://www.youtube.com/watch?v=ZLEOrgA_TkA


#322

Les jeux “ésotériques” de la Saturn, principalement des kusoge mais pas seulement :

https://www.youtube.com/watch?v=Qtp527sMFTM

Ces jeux sont moins connus que les divers Best Of que j’ai postés précédemment, donc voici les titres en question :

  1. Death Crimson, quasiment le jeu qui a lancé la mode du kusoge, tellement buggué qu’il est devenu culte et a eu des suites.
  2. Digital Dance Mix, le jeu-hommage à la gloire de Namie Amuro, développé par AM2 avec le moteur des versions Saturn de Shenmue et VF3 par le désormais ex-producteur de The Last Guardian (ça en fait des cadavres sur son chemin). La modélisation d’Amuro est une des plus grosses perfs techniques de la Saturn.
  3. Le fort hideux Daibōken, une repompe manifeste de Daikōkai Jidai / Uncharted Waters que je ne connais pas du tout.
  4. Airs Adventure, le RPG le plus moche de la bécane mais pas forcément le plus pourri des RPG. D’ailleurs il a quelques défenseurs.
  5. Yellow Brick Road, un quelconque jeu d’aventure PC CD-ROM en CG moche porté sur PS1 et Saturn. Je ne l’ai pas acheté donc je ne savais même pas qu’il y avait des bastons (nulles) dedans, tiens.
  6. Code R, relativement connu en France car couvert par nos mags à l’époque. Une tentative maladroite par Quintet (ActRaiser, Thor, Terranigma etc.) de marier le jeu de drague, genre très en vogue sur la Saturn en fin de vie, avec le jeu de caisse. Le seul problème du jeu est que ça se contrôle très mal. L’équipe de Wangan Dead Heat reprendra l’idée avec le plus réussi Wangan Trial Love (sans atteindre quand même le plaisir de conduite de Wangan Dead Heat, qui reste manifestement un heureux accident).
  7. Super Adventure Rockman, le film interactif de Rockman.
  8. Hokuto no Ken, le film interactif de Hokuto no Ken.
  9. Revolution X feat. Aerosmith, le jeu de tir avec Aerosmith.
  10. Time Commando de Delphine.
  11. Goiken Muyō Anarchy in the Nippon, le jeu des fans de VF2 créé par des fans et top players de VF2. Un testament de l’impact de VF2 sur le Japon à l’époque.
  12. Le fameux Final Fight Revenge, qu’on ne présente plus.
  13. Pretty Fighter X, dont j’ai parlé sur ce topic il y a peu.
  14. Et sa suite F.I.S.T., également mentionné dans le même post.
  15. Planet Joker, une sombre daube démontrant que Naxat Soft n’allait pas survivre à la transition 3D.
  16. Segata Sanshiro, le jeu dédié à la mascotte de la Saturn, que vous connaissez sans doute si vous visitez Boulette.
  17. America Ōdan Ultra Quiz, issu d’une longue lignée de jeux de quiz basés sur la série TV du même nom.
  18. Miniskirt Police, collection de mini-jeux coquins qui a fait la fortune de Jussieu et Répu sur sa couverture polissonne.
  19. Album Club Mune-kyun, un autre jeu coquin sans grand intérêt. Vu la tournure que prend cette liste, je pense que l’auteur est très client du jeu d’acteur désastreux de ses compatriotes dans les prods “multimédia” du milieu des années 90.
  20. Amagishien, deuxième jeu de la liste dont je ne connais strictement rien. Manifestement un autre “produit multimédia” polisson avec des actrices affligeantes. D’après l’auteur, la version PC proposait au moins un peu de nibs à l’air.
  21. Pappara Paoon, un jeu de puzzle à brûler au napalm signé Ecole (les responsabres de Death Crimson).
  22. Taklamakan, un jeu de réflexion s’inspirant de philosophies bouddhistes chinoises, jouable à la Shuttle Mouse (la souris de la Saturn). Ile me semble que c’est un jeu PC à la base. (Le désert de Taklamakan se trouve au nord du Tibet, chez les Ouïgours, pour info.)
  23. Message Navi, impossible de me rappeler si j’en ai déjà parlé sur Boulette mais c’est un invraisemblable annuaire de célibataires qui cherchent “de nouveaux amis pour communiquer”. Friendster ou Adopteunmec sur CD-ROM, quoi. Avec des suggestions de bons coins de rencard sur Tokyo. Délirant.
  24. TechSaturn Tsūshin, un collection de CD-ROM dans l’esprit “CD-ROM de Joystick” (enfin, avec de l’humour japonais) dispo via le mag TechSaturn (1995-1997). Des films, des démos, mais aussi des saynètes CG un brin surréalistes comme celles montrées à la fin de cette vidéo.

#323

Léger frisson en réalisant que les 2/3 de ces daubes ne me sont pas inconnues. La passion mène parfois un peu trop loin…
(Je me garde les 3 vidéos Best of pour plus tard. Peut-être l’occasion de quelques belles surprises et découvertes)

Sait-on d’ailleurs d’où proviennent les différences graphiques entre versions JP et US (notamment visibles sur le deuxième circuit, Forest) ? Etaient-elles le reflet d’une version Arcade elle aussi spécifique au marché américain ?


#324

Simplement plus de temps pour taffer sur le jeu, je pense. Vu qu’ils ont commencé à bosser sur la version jouable en ligne via la version JP, peut-être qu’ils ont aussi retouché les décors pour améliorer le netcode ?


#325

Probable, oui.
Je vais jeter un oeil sur le zinterweb. Peut-être existe-t-il un article sur ce sujet (ô combien passionnant, je l’admets).

Concernant les 3 vidéos Best of :
Quelques choix étonnants, voire franchement zarbis dans la dernière partie. Quelques grands absents, également : VF Remix, Dragon Force II, GunGriffon II, SRT F, Baku Baku Animal, Virtua Cop 1&2, Gekka Mugentan Torico, Albert Odyssey Gaiden, Lunar, Tengai Makyô IV, Wachenröder, Riglord Saga 2, Astal, Keiô 2, Dark Savior, Winter Heat, Blue Seed, Terra Phantastica, et j’en passe…
Elles n’en restent pas moins sympathiques, cela dit.
(Grosse envie de rejouer à Rayearth, là-tout-de-suite >_<)


#326

Peut-être déjà posté mais je suis trop flemmard pour checker par cette chaleur.

https://www.youtube.com/watch?v=f_OchOV_WDg


#327

Je ne l’avais jamais vu en tout cas ! C’était passionnant de mesh rebelle, merci. (Et merci les sous-titres…)


#328

Tiens d’ailleurs, continuons sur notre lancée à propos du hardware.


#329

CELLE-LA, par contre, Youloute l’avait déjà postée !


#330

:smiley:


#331

• Comme quasiment tous les ans, le légendaire Saturn Bomberman était sur scène à la Japan Expo pour une partie à dix joueurs dans le mode haute résolution du jeu. Ca fait toujours plaisir à voir.

• SuperGreatFriend, le mec des soirées CD-I, se lance dans Enemy Zero (via la version PC). L’hypothèse à la fin de la vidéo est cocasse, même si capillotractée.

• Et SaturnMemories a décidé il y a quelques semaines de nous rappeler que Gran Chaser (alias Cyber Speedway en Occident) a bien mal vieilli. Ca va paraître délirant à ceux qui n’ont pas connu le jeu à la sortie (printemps 1995, quatre mois avant Wipeout) mais c’était un peu waouh! à l’époque ; une option décente pour se divertir avec un jeu de course 32-bits une fois qu’on s’était lassé de Daytona USA (et de Ridge Racer en face). Pris de nostalgie avec les 20 ans de la Saturn, j’y ai rejoué l’année dernière et même les contrôles ont pris un coup de vieux, alors que c’était la principale qualité du titre à sa sortie, à une époque où les développeurs galéraient encore pas mal avec la maniabilité des jeux en trois dimensions. On pouvait même y jouer avec le volant de la Saturn.

Le studio NexTech, à qui l’on doit aussi Ragnacenty / Soleil et sa suite spirituelle Linkle River Story sur Saturn, s’est ensuite spécialisé dans les portages sur Saturn, notamment Resident Evil et Toshinden 2 (via la version Toshinden URA). Faudra les retrouver pour leur demander si la rumeur d’un RE2 Saturn utilisant la cartouche 4MB était fondée.


#332

https://www.youtube.com/watch?v=9WUPpv2C_Zs

Ce n’est pas une oeuvre originale mais l’adaptation digitale d’un manga qui paraissait dans la revue Shōnen Captain de Tokuma Shoten.


#333

Je ne suis jamais parvenu à faire fonctionner SSF, et suis donc assez curieux concernant uoYabause (Androïd). Les quelques premiers retours, sur GAF notamment, s’avèrent assez positifs.
Pendant que ma tablette se recharge, je vais préparer une poignée d’ISOs, et croiser les doigts.

MAJ : Mon LG G Pad 8.3 a nécessité une réinitialisation totale, suite à un plantage puis bootloop de l’enfer, et la dernière version de Yabause pour Windows souffre toujours du même mal (impossibilité de configurer correctement un pad, quel qu’il soit). Ainsi, l’émulation Saturn me hait, et ce sentiment tend à devenir réciproque…


#334

Parmi les vidéos de présentation de vieux jeux de baston par Ken Bogard, on retrouve notamment le fendard Suiko Enbu Fūunsaiki des mecs de Fighter’s History Dynamite ou encore le moins gégène mais fascinant Rabbit d’Aorn et Electronic Arts Victor. Malheureusement il joue sur un émulateur qui salope pas mal les graphs 2D des deux jeux (notamment pour Rabbit).

https://www.youtube.com/watch?v=SYe2dRTU3Tg


#335

#LEJAPON, pays des pubs avec des gamines dedans pour des jeux 18+.

https://www.youtube.com/watch?v=22niPCVLYNg

Yu-No qui aura droit à un remake par 5pb/Mages cette année, même si on ne connaît pas encore la ou les plate-formes visées (peut-être que Squeni nous dira ça au lieu de parler de DQ11 demain !). Il y a encore un an, j’aurais dit la Xbox One d’abord, mais aujourd’hui, je suppose que c’est Vita/PS4, au détriment des scènes les plus explicites. Les nouveaux graphs sont bofs mais je suis surtout curieux d’entendre la nouvelle bande-son.

https://www.youtube.com/watch?v=GSthmhUxEow


#336

• Je n’allais pas vous poster une quarantaine de vidéos sur le sujet mais vous vous rappelez peut-être le début d’un run commenté (en jap) sur Langrisser III au printemps dernier. Il a pris fin dans la douleur cette semaine, pile à temps pour la sortie du jeu 3DS Langrisser: Reincarnation (qui semble être un authentique navet).

• Première fois que je vois la pub de Polino version Saturn. On notera l’immanquable A HIDEO KOJIMA FILM dans les quinze secondes de spot (mention absente de la pub pour la version PS1), preuve de sa réputation déjà solide auprès d’un certain public à l’époque.

• Toujours chez Konami et puisque c’est l’été, petit match Tokyo Giants VS Osaka Buffaloes à Yokohama (!?) pour fêter les vingt ans de Powerful Pro Yakyū '95 Kaimakuban sur Saturn. La vidéo est en 60fps sur Youtube. Vous apprécierez les pubs pour Policenauts (qui sortait sur 3DO à l’époque) et le jeu d’arcade Speed King dans le décor.

Mais je sais ce que vous pensez : vous voulez absolument en savoir plus sur les versions Saturn de Pawapuro. Le baseball, c’est votre grande passion.
Le premier Pawapuro ('94) était sorti en 1994 sur SFC, avant de se faire adapter sur PS1 à la sortie de la bécane, donc en décembre, sous le nom Pawapuro '95.

Cette adaptation a ensuite été portée sur Saturn avec la version actualisée Kaimakuban en juillet 1995 ; cette nouvelle version est également ressortie sur PS1 mais il ne faut pas la confondre avec Pawapuro 2, sorti sur SFC au printemps 1995. Konami a ensuite conservé cette logique de parution un peu tordue puisque (accrochez-vous) :

1. Pawapuro 3 (printemps 1996), qui a introduit le fameux mode “Success” simulant la carrière et les aléas d’un joueur de baseball via un scénario débile, n’a jamais quitté la Super Famicom MAIS a servi de base à trois versions supplémentaires sur la même bécane : Pawapuro '96 Kaimakuban (été 1996), Pawapuro 3 '97 (printemps 1997) et Pawapuro Basic-han '98 (printemps 1998). C’est le même jeu, simplement réactualisé avec les joueurs d’époque et surtout l’absence du mode Success pour le Basic-han '98. Il ne faut d’ailleurs pas confondre Pawapuro Basic-han '98 avec le “véritable” Pawapuro '98, dont les deux versions (Kaimakuban et Ketteiban) sont des exclusivités de la PlayStation (et contiennent un mode Success).

2. Il n’a donc eu aucune version “next gen” (PS•SS•N64) de Pawapuro en 1996. Par contre, au printemps 1997, Konami a sorti le même jour Pawapuro 4 sur Nintendo 64 et Pawapuro '97 Kaimakuban sur PlayStation, deux jeux qu’il ne faut donc pas confondre avec Pawapuro 3 '97 sur SFC. C’est ce Pawapuro '97 sur PlayStation qui a ensuite servi de base à Pawapuro S, le second et dernier épisode Saturn (décembre 1997). C’est un portage direct ; même les passwords du mode Success sont compatibles entre les deux versions.

3. Dans le même genre, c’est Pawapuro '99 et son mode Success qui serviront de base(s) à Pawapuro Dreamcast Edition, sorti au printemps 2000, et non le Pawapuro 2000 de la N64 (lui aussi basé sur Pawapuro '99 Ketteiban mais rajoutant quelques évènements dans le mode Success) et certainement pas Pawapuro 2000 Kaimakuban, le “vrai” 2000, sorti cet été-là sur PlayStation.


#337

“Et les musiques sont bien.” [dma]

(enfin celles autres que les chants de supporters - en termes “d’écoutabilité”)


#338

PowerPro possède, à l’instar de Baseball Stars 2, cette incroyable faculté à captiver et amuser même lorsque le sport en question, dans sa forme réelle, vous emmerde au plus haut point.
Puis ce design, quoi. Intemporel et génial.


#339

Les musiques sont plus que “bien” !

Setsuna : j’adore le design des persos mais je trouve quand même Pawapuro moins accessible/arcade que Baseball Stars 2. C’est BS2 qui m’a fait aimer le baseball (lui et les Oakland Athletics sur TV Sport à l’époque) mais je ne suis pas certain que j’aurais autant apprécié Pawapuro si j’avais commencé par cette série-là. Mais d’une manière générale, je suis d’accord, le baseball est plus fun à jouer qu’à regarder… Je suis surpris que Tanguy ne soit pas au taquet sur cette discussion.

Voici justement Pawapuro S et Pawapuro Dreamcast Edition uploadés aujourd’hui par le même mec que la vidéo de '95 Kaimakuban :

https://www.youtube.com/watch?v=h3WOk_bEtbA

J’attends désormais sur mon bureau l’historique des ventes de toutes les versions de chaque épisode avec des barres colorées par The_Lascar. Facile !

D’ailleurs j’ai zappé le sujet pour éviter de rentre ça encore plus confus, mais Pawapuro '97 (celui qui a servi de base à Pawapuro S) a probablement également servi de base à Pawapuro EX, la version d’arcade sortie en 1998. Je n’en suis pas 100% certain mais ça semble le plus probable, à la fois au vu de la carte-mère, des équipes, de la tronche du jeu et du Copyright (©1997, 1998).


#340

Indéniablement. Un penchant d’ailleurs assez logique, pour ce dernier, compte tenu de ses origines et son support.
PowerPro se montre bien plus riche en termes de contenu, de subtilités, mais n’en demeure pas moins accueillant et accessible aux béotiens. Puis il jouit de cette ambiance toute particulière, charmante, mêlée d’absurde et d’une certaine nostalgie.

Tout cela me fait d’ailleurs (re)penser à la version Vita du dernier opus, fêtant les 20 piges de la franchise, négligée suite à ses divers soucis techniques (quelques gros plantages, notamment). Peut-être ont-ils été réglés depuis…