PlayStation no Jenga


#81

Idem, depuis le temps que je me posais des questions sur cette machine. :slight_smile:


#82

Cas intéressant que celui de la PSX. J’espère que tu auras l’occasion de mettre cette machine en parallèle avec la Panasonic Q. J’attends la suite :slight_smile:


#83

mufu mufu la PSX, source de tous les maux mufu mufu
Dites lui merci pour le Firmware Update, le XMB et la folie des grandeurs multimédia que l’on retrouvera dans ses petites soeurs.


#84

La suite… :o


#85

Tu peux développer un peu Fabien ?


#86

Fonce Chaz, la suite !


#87

tain c’est super intéressant Chaz :o

vite la suite !!!:smiley:


#88

Y’avait déjà dans le PSBB en fait. Putain ces mises à jours…

j’ignorais que la manette était propriétaire… t’as essayé avé la sixaxis ?


#89

SPOIL ! :o


#90

Ca y est, aujourd’hui c’est demain ! La suite (avant qu’on ne se fasse spoiler de partout) ! :smiley:


#91

Perso je penchais pour

Spoiler

les adaptateurs usb genre pour PC

.
Ceci étant, l’idée de Kamui est beaucoup plus chouette, je trouve.


#92

(suite de notre saga estivale)

Dans l’épisode précédent, nous entrevoyions à peine les différents ports, entrées/sorties et possibilités de câblage de la PSX via la proue du navire.
Explorons de front la poupe, attaquons le gras de la croupe, instruisons la troupe.

C’est évidemment au cul de la bête que l’on en apprend le plus sur les possibilités de la bécane. Notez que la partie basse de la coque en plastique peut être partiellement retirée pour faciliter l’accès aux différents ports et entrées. C’est une bonne idée, et ce n’est pas la seule puisque les volets gris qui entourent la PSX surélèvent le coeur de la console et permettent ainsi de passer les câbles facilement quand on la pose verticalement. Ces volets sont également manufacturés de sorte à ce qu’ils permettent au couple EE+GS d’être suffisamment aéré (via de discrètes encoches sur les côtés, cachés sans être obstrués par les volets). Tout l’arrière de la PSX est utilisé pour brancher une ribambelle de câbles.

Sur la photo ci-dessus, nous voyons la partie gauche de l’arrière de la machine. Nous avons donc, de gauche à droite et dans l’ordre, l’entrée du câble secteur, l’entrée Ethernet dont le câble à été débranché pour poster ce message, la sortie digitale optique et enfin la sortie D-tanshi. Le D-Tanshi, ou plus prosaïquement le “D-Terminal” en Occident, est une sortie analogique assez ancienne et couramment utilisée au Japon depuis un paquet d’années à la place de notre brave câble Component. Elle en est d’ailleurs l’équivalent en terme de qualité d’image et de technologie ; c’est juste la sortie qui change de tronche. La sortie D-Tanshi est beaucoup moins fréquente chez nous, mais rappelez-vous que des fabricants comme Toshiba et Hitachi vendent des TVHD depuis la nuit des temps et sans que cela n’ait intéressé grand monde jusqu’à ce que l’industrie du loisir se décide à leur emboîter le pas. Il y a plusieurs “niveaux” de D-tanshi, correspondant à diverses évolutions de la résolution en sortie. Actuellement, la norme D4 garantit l’équivalent de notre “HD Ready” (720p) et la norme D5 garantit l’équivalent de notre “Full HD” (1080p).

Tout comme il était obligatoire de sortir un câble S-Video au Japon (plutôt qu’un câble RGB comme chez nous) pour les téléviseurs du vingtième siècle, n’importe quelle console commercialisée au Japon et prétendant afficher du “progressif” (que ce soit la Wii en 480p ou la PS3 en 1080p) est obligée de proposer un câble D-tanshi. La PS2 pouvant afficher du 480p, elle a eu droit à son propre câble D-tanshi qui peut d’ailleurs être utilisé par la PS3. J’ai ce câble sous la main, mais grand bien m’en fasse puisque la PSX n’utilise pas la sortie vidéo PlayStation habituelle. Trahison ! La PSX n’offre qu’une bêtasse entrée D-Tanshi standard D1/D2 (480p). Le voilà frais, l’acheteur potentiel de PSX qui pensait faire le malinou en possédant déjà un câble RGB, Component ou même S-Video pour sa PS2. Afin d’obtenir obtenir une image correcte, il faudra donc impérativement se munir d’un câble dédié et surtout avoir une entrée D-Tanshi sur son téléviseur (ou un adaptateur, mais je ne sais pas s’ils existent). Sinon, il faudra se contenter du câble RCA mâle/mâle fourni avec la machine.

Je vous disais hier qu’il y avait un truc qui expliquait l’absence de ports manettes à côté des ports Magic Gate Memory Card, sur le devant de la machine.
Ce truc, ce n’est pas une manette compatible Sixaxis avec trois ans d’avance, un adaptateur USB 1.1 ou une quelconque technologie spatiomandarine. Ce truc, le voilà :

Eh oui, c’est simple comme bonjour. Au cas où vous ne voudriez pas acheter une véritable manette PSX, ou tout simplement pour jouer à deux, [update: voir ici pour la manette PSX] Sony a caché deux port-manettes “classiques” à l’arrière de la machine (à droite de la photo). Alors évidemment, ce n’est pas la solution la plus pratique si l’on a comme intention de brancher, débrancher et rebrancher un périphérique très souvent, genre un controller de Pop ou un arcade stick. Mais si l’on fait fi de considérations pratiques (et quand on vient d’acheter une PSX en 2007, on peut se le permettre), cette décision a le mérite de rendre la partie visible de la console plus sobre - et la comparaison d’échelles postée hier me fait penser que l’idée de cacher les port-manettes et entrées memocards GC sur Wii rejoint un peu le même souci de garder une ligne un peu plus séduisante que les consoles habituelles. D’ailleurs on peut étendre cette réflexion aux ports USB cachés de la 360 et au clapet-boîte à gants de la PS3. Une bonne excuse pour clamer une fois encore que mâtin, la PSX, quelle avant-gardiste !

Le reste se passe presque de commentaires, avec une sortie RCA + S-Video surplombée d’une entrée RCA + S-Video, ainsi que les entrées des antennes UHF/VHF pour le réseau hertzien et BS-IF pour le satellite. L’entrée RCA + S-Video sert à brancher un magnétoscope VHS ou LD (ou un lecteur DVD, mais quel intérêt quand on a une PSX ?). La PSX peut enregistrer ce qui est diffusé par le magnétoscope, ce qui permet donc d’encoder ses vieilles cassettes ou encore le LD haute-fidélité non-retouché de Star Wars aux éditions CBS (les amateurs apprécieront).

Je termine la présentation du matériel avec la télécommande (compatible PS2) qui permet de se balader dans les menus. La manette PSX, et même une manette classique branchée sur le port-arrière 1, en sont tout aussi capables mais ne bénéficient pas de ses nombreux raccourics pratiques. La télécommande jouit notammment du bouton “Quit game” (le même bouton qu’on trouve à l’avant de la console, souvenez-vous) qui permet de quitter le jeu en cours et de revenir au menu principal sans avoir à réinitialiser la machine comme un sauvage. En parlant de ça, j’ai tenté de capturer le boot de la machine en vidéo mais franchement ce n’est pas glorieux.

En revoyant cette photo, je me demande si par mon style de vie actuel je suis devenu le client-type dont Sony rêvait (et que Sony n’a pas trouvé), ou bien si je suis simplement un connard fourbe, vil et mesquin qui aime particulièrement passer son temps sur des machines qui les ont foutu dans la merde. Les deux n’étant pas incompatibles…

Puisque je vous ai montré le boot, voyons ce qui se passe une fois qu’on a allumé la PSX.

Votre sens de l’observation ne vous a pas trompé, ou alors vous avez bonne mémoire car on en a parlé sur Boulette il y a quelques mois, et au pire, le post de Fabien vous a mis sur la voie : la PSX utilise la Cross Media Bar (XMB). Il s’agit de l’outil de navigation bien connu des possesseurs de PSP et PS3 (et des Sony Ericsson les plus récents), à base d’icônes horizontales et verticales. Contrairement à une idée populaire, ce n’est donc pas la PSP (sortie en 2004) mais la PSX (2003) qui a inauguré l’utilisation de la XMB. On y retrouve à peu près tout ce qui est utilisé sur PSP et PS3, que ce soit l’organisation des différentes fonctions ou les options accessibles avec △. Seule originalité, la section TV, sur laquelle la PSX boote par défaut et qui permet de zapper entre les différentes chaînes. Je trouve ce système assez sobre et classe, personnellement. (PS3 avant l’heure, etc. refrain connu)

Détail intéressant, la XMB met quelques secondes à charger car la machine fait passer en priorité la réception de l’image quand l’utilisateur allume la machine. C’est assez logique si l’on suit l’utilisation voulue par Sony. Cependant, ce léger lag de chargement, trahi par une petite icône en haut à droite (comme sur PS3) se rencontre fréquemment à l’utilisation quand on décide par exemple d’écouter un CD audio, ou de visionner des photos. C’est quelque peu irritant à la longue. Je vous avouerais que j’ai eu la flemme de régler les chaînes mais, en branchant le câble UHF/VHF comme un porc, j’avais déjà obtenu un résultat convaincant. Pour les curieux, il y a un petit logiciel d’aide au réglages de chaînes qui semble très bien foutu (à condition de vivre dans un des districts japonais, puisqu’il se base là-dessus pour sa recherche).

Autre déception, je n’ai pas réussi à utiliser le visualisateur. Si j’ai bien compris, il faut que le memostick soit formaté (comme sur PSP) par un appareil photo digital Sony si l’on veut l’utiliser pour visualiser “ses photos” ou n’importe quelle image. J’espère juste m’être trompé ou qu’un firmware récent corrige ce problème, parce que sinon ça craint franchement. Quoi qu’il en soit, malgré tous mes efforts, je n’ai pu afficher aucune image (et donc vérifier quels formats sont acceptés ou non). Passons donc directement à la partie musicale et voyons ce que donne la lecture et surtout le rip de CD audio. La XMB indique ici qu’il y a déjà un CD avec des pistes audios dans le lecteur (normal, je viens d’en introduire un avant de prendre le cliché).

Certains d’entre vous auront reconnu l’album Jelly Tones de Ken Ishii (un disque Sony Records, d’ailleurs).
C’est lui qui va nous servir de cobaye. 10 plages pour un peu moins de 70 minutes de musique en tout.

N’oubliez jamais que mes commentaires doivent être tempérés par la perpétuelle possibilité que 1°/ je sois une grosse buse et 2°/ un firmware update récent rectifie les défauts que je souligne. Néanmoins, vous avez une petite idée de ce que les premiers acheteurs (et donc les seuls acheteurs, d’après les chiffres de vente) ont vécu. Première déception donc, il n’y a visiblement pas de recherche automatique des titres du CD via le réseau. Du coup c’est très relou, car il faut tout taper à la main sur un clavier virtuel très proche de celui de la PS3 (mêmes raccourcis et tout). Notez qu’on peut brancher un clavier sur le port USB de la bécane pour aller plus vite (…comme sur PS3). Le disque dur garde en mémoire les infos attribuées au CD - c’est déjà ça. C’est également cette information qu’il utilisera pour tagger les albums rippés.

Le visualisateur de base est absolument magnifique. J’aimais déjà assez le taf sur les visus PSP et PS3, mais là c’est une grosse claque qui me rappelle d’ailleurs les travaux de Len Lye mentionnés par Cumulonimbus Kid récemment (d’ailleurs aucun des visus proposés n’est foireux dans son genre). J’ai capturé une vidéo qui, pour le coup, est un peu moins inefficace que celle du boot. Les mélomanes auront reconnu l’intro de Cocoa Mousse.

On peut naviguer dans la XMB pendant que le morceau joue dans le fond, en apppuyant sur SELECT. Malheureusement, dès qu’on s’amuse à lancer le visualisateur de photo ou simplement bidouiller quelque réglage que ce soit dans les options, la musique s’arrête sur-le-champ. C’est dommage. Je ne me souviens plus s’ils ont réglé ça sur PSP et PS3, mais je me rappelle avoir pesté sur un détail similaire. Je trouve également fâcheux que la PSX n’ait pas sa propre sortie Jack dans ce genre de situation, car être obligé de passer par le téléviseur m’incite à être pessimiste sur la fidélité du son.

Si la procédure et le GUI rappellent fortement ceux de la PS3 (il y a comme un écho dans ce post…), les performances affichées par la PSX pour le rip de CD sont d’un autre âge. Il m’a fallu environ un quart d’heure pour ripper les 70 minutes de Jelly Tones. Autre gros point noir que les malinous avaient sûrement déjà pressenti, la musique est rippée en ATRAC, et non en MP3 ou FLAC ou OGG ou whatever. Encore plus drôle, la console n’est pas capable de faire de recherche en avnce rapide sur un morceau ATRAC ! On peut juste lire, mettre en pause ou passer à la plage suivante. Wunderbar. Autant dire que ces nombreuses tares font perdre à la bécane mille points de charisme. Moi qui suis probablement un des rares gars à utiliser sa PS3 pour ripper des vieux CDs, je suis très déçu par cet aspect de la PSX. Passons donc aux jeux vidéo, qui justifient les deux premières lettres de la console (je n’ai pas testé le lecteur DVD vidéo qui semble être ni plus, ni moins celui de la PS2). Haha ! mais voilà le point fort de la PSX. S’il y a bien un truc que la PS3 ne sait pas faire, c’est lire des jeux PS1 et PS2 ! Hmm, non attendez…

Alors premier détail intéressant, la console n’accepte pas le PocketStation. Etait-ce déjà le cas de la PS2 ? Je n’ai jamais pensé à essayer, personnellement. La console n’a pas non plus d’entrée pour le câble iLink PS2 ou le câble “Aux” PS1. On peut utiliser le disque dur de la PSX pour accéder aux fonctions BBunit des jeux PS2 online (comme MinGol Online ou Bio Hazard Outbreak), mais il y a semble-t-il un bug sur les premiers firmwares et il faut updater la console pour utiliser les jeux online convenablement. Je ne crois pas que la console permette d’utiliser la fonction “stockage des données sur le disque dur” de jeux offline comme Minstrel Song et Metal Saga, mais cela reste à vérifer. J’ai donc choisi de tester trois titres qui RePrez3ntZ les débuts respectifs de la PS1 et de la PS2 (et auraient leur place sur boulette, voire sur ce topic si on l’étendait aux jeux PS2).

Autre détail qui saute aux yeux, la PSX met un petit bout de temps à lancer les jeux. En sus de sa caractéristique latence à charger une application, elle demande ensuite quelques secondes pour lancer le jeu (via le message shibaraku habituel). Le disque (PS1 ou PS2) met bien cinq secondes à se lancer, et l’on arrive directement à l’écran de boot shwing-wong-wayoumPlayStation ou bloumPlayStation 2. Je me demande bien ce qu’il se passe à l’intérieur pendant l’attente. Notez qu’on ne peut, en aucun cas, accéder au menu de la console (PS1 ou PS2). Les réglages telles que l’optimisation des textures pour les jeux PS1 sont disponibles dans les options du menu principal de la PSX.

Ceci mis à part, force est de constater que la PSX est une PS2 tout ce qu’il y a de plus classique, ayant donc l’avantage par rapport aux PS3 les plus récentes de contenir le vrai couple EE+GS, de proposer deux ports Magic Gate et même de brancher des manettes PS classiques si l’on pense à regarder au dos de la bécane. Les jeux PS1 semblent passer sans problème, les couleurs RCA bavent exactement pareil, le son est clair, tout est là. Scandal est un jeu compatible widescreen et n’a eu aucun problème à se lancer dans la meilleure résolution possible. Evidemment il sera plus intéressant de tester les jeux avec un câble D-tanshi, et surtout de voir si l’on peut enregistrer sa partie sur PSX d’une manière ou d’une autre (soit officiellement, soit en créant une boucle avec les sorties RCA+ S-Vidéo et en reliant ensuite la PSX à la télé via le D-tanshi… enfin il y a de quoi réfléchir à la question, en somme).

Voilà donc un premier tour rapide du proprio.
Je suis sûr qu’il y a encore pas mal de trucs rigolos à découvrir, mais on verra ça plus tard.
This post was brought to you by Goran Sponsor Toshiba et Book Off.


#93

Je n’avais pas remarqué mais sur une photo de la tranche du premier post on dirait qu’elle est en tissus tendu comme sur un haut parleur. C’est juste du plastique avec des petits trous ?
+10 pts de charisme pour Scandal.


#94

Très sympa ce compte-rendu, merci.

Mais finalement, à quoi sert cette machine, à part à écouter des CD audio rippés, sur sa télé, sans pourvoir faire d’avance rapide ? :ghost:

EDIT : arf, con ! j’avais oublié l’enregistrement de la télé.


#95

A faire de chouettes posts instructifs.


#96

Oui c’est à peu près pour cela que je l’ai acheté.

Sinon ça reste un DVR, quoi. Un enregistreur d’émissions de télé. Avec une PS2 cachée dedans.


#97

Ce serait classe (et dangereux car c’est là dessus que repose le poids de la machine), mais c’est juste du plastique strié.


#98

Ca m’a donné envie de m’en payer une.

(sinon précision, le pocketstation était bien reconnu par la PS2, il affichait même une icone dédiée dans le menu. Le contraire eût été facheux car des jeux majeurs comme Super Robot Taisen Apha Gaiden qui l’utilisaient souvent sont sortis après l’avènement de la PS2)


#99

Super compte rendu, merci beaucoup :slight_smile:
T’as essayé la fonction enregistreur ?


#100

Non car je m’attarderai là dessus quand j’essaierai d’enregistrer du footage de jeu ; c’est une déviation qui m’intéresse et rendrait l’achat pratique par inadvertance.
Je vais essayer de trouver un peu de temps pour potasser ça ce mois-ci.