Quand Boulette se met au sport...


#4281

Kobe Bryant a gagné un oscar ce soir / ce matin.

Premier basketteur à réussir le EGOT LMFAO.


#4282

(sport ? rétro ? topec ? Allez, fêtons dignement cette mémorable romontada, d’ores et déjà le meilleur moment de la saison 2017-2018 du PSG)

☛ Comment un studio australien s’est retrouvé à faire une simulation de football gaélique sur PS2 sans rien connaître aux règles, être la meilleure vente en Irlande, et être encore haï plus de dix ans plus tard.


(ces quarts de finale de LdC sont fous)


#4283

Je vais essayer d’être didactique car il se passe un truc complètement fou dans le monde du baseball en ce moment et, même si vous n’avez rien à carrer du sport d’une manière générale, ça risque d’avoir un impact sur toute la culture populaire produite aux États-Unis comme au Japon en 2018 et vous seriez fort marris de louper la référence.

La saison de baseball a démarré comme tous les printemps, les premières bagarres rigolotes ont déjà éclaté et, pour vous mettre sans le bain de ce dont on va parler, Wired explique pourquoi il est pratiquement impossible pour un humain de lancer une balle de baseball à 110mph (177km/h) alors que de plus en plus de lanceurs parviennent par les « miracles de la science » (académique certainement, chimique possiblement) à atteindre la frontière autrefois mythique des 100mph (150km/h).

Un autre truc à retenir de cette vidéo si le baseball vous est étranger, c’est que cette course à la vitesse induit de plus en plus de blessures, et qu’il est nécessaire de reposer ses lanceurs entre chaque apparition et de décider combien de manches ils jouent à chaque match. L’un des principaux enjeux stratégiques des Play-Offs en fin de saison tient dans la gestion de son groupe de lanceurs (alors que les matches contre une même équipe s’enchaînent), et des carrières d’entraîneur se sont déjà décidées sur des coups de poker du genre « il a fait jouer le même lanceur deux nuits de suite pour niquer la rotation adverse, mais cela s’est retourné contre lui car son mec était trop crevé le deuxième soir ».

Un des types qui atteint ces 100mph sans peine, c’est la nouvelle superstar du baseball international, le rookie Shohei Ohtani (ou Ōtani, mais je vais suivre la romanisation officielle du nom qu’il a choisi pour sa carrière). Déjà une sensation au lycée puis pendant les quelques années professionnelles qu’il a passé au Japon, le temps de gagner le titre national avec les Hokkaido Fighters, ce jeune homme de 23 ans a fait le pari audacieux d’émigrer en MLB plus tôt que ses compatriotes le font d’habitude et donc à un âge où il ne peut pas encore réclamer d’exemption de « débutant » sur le circuit pro américain, ce qui signifie qu’il ne peut toucher qu’un salaire minable pour les quelques prochaines années.

Mais pourquoi lui, et qu’est qu’il a de plus que les autres grandes promesses plus ou moins survendues du championnat nippon ? D’abord, sa position, ou plutôt ses positions. Son équipe (les L.A. Angels) joue en American League, la moitié de la MLB qui donne le droit à ses équipes de remplacer ses lanceurs à la batte avec un « DH » (Designated Hitter) quand c’est leur tour d’attaquer. Dans l’autre moitié, la National League, le lanceur est obligé de passer à la batte, généralement bon dernier, et c’est rarement glorieux. Car tous ces rôles sont trop spécialisés, et au niveau professionnel, faire les deux correctement est une gageure. En American League, la règle du DH permet d’eviter l’écueil des lanceurs qui gâchent un tour en attaque. Sauf que le DH des Angels, c’est aussi Shohei Ohtani. Le batteur Ohtani peut donc être le DH d’un autre lanceur quand le lanceur Ohtani est au repos, ou encore plus improbablement être son propre DH dans le même match.

Mais mieux que ça ! A la fin de la première semaine de cette saison 2018 de baseball, le meilleur lanceur des Angels était Shohei Ohtani. A la fin de la première semaine de cette saison 2018 de baseball, le meilleur batteur des Angels et de toute la ligue était Shohei Ohtani. Ceci n’est pas normal. Genre, on a jamais vu ça depuis la saison 1918 de Babe Ruth, la plus grande légende du sport US. Avant le début de la saison, Ohtani était déjà un motif de fascination pour la simple raison qu’on ne pouvait comparer ses stats qu’à celles de Ruth un siècle plus tôt pour déterminer s’il allait réussir sa saison, ce qui équivaudrait à comparer la première saison d’un jeune joueur de foot au palmarès de Pelé, ou de vérifier si un gamin qui perce sur Youtube peut se mesurer aux Beatles. Sans pression.

Et le truc le plus dingue…

… C’est qu’Ohtani a dépassé toutes les espérances placées en lui. En réussissant un home run dans chacun de ses trois premiers matches, pour sa première saison US, tout en dominant les batteurs adverses lorsqu’il était sur le monticule du lanceur, Ohtani est en train d’affoler toutes les mesures statistiques habituelles et de foutre en l’air les ligues de Fantasy Baseball.

Tout le monde a du mal à croire que cela durera, car il va forcément se fatiguer, et les batteurs adverses vont sûrement finir par s’habituer à sa movelist de lancers. Mais les extraordinaires huit premiers jours de sa saison ont suffi à en faire le joueur le plus populaire et le plus important de cette année, un cas unique dans son sport, une source infinie de discussion sur la façon dont il pourrait changer l’approche du baseball ou forcer l’American League à revoir sa règle du DH, et plus largement pour la pop culture US un cas assez unique (en tout cas depuis un siècle) de « deux joueurs en un », un peu la Nintendo Switch du baseball. C’est peut-être l’athlète qui depasse le plus le cadre de son sport depuis Shaq, mais Ohtani fait ça dans le sport le moins cool, le plus suranné, le plus conservateur et le moins adapté aux médias contemporains de tous les sports majeurs US. C’est aussi, pour boucler ce post, une des plus grandes énigmes de gestion d’équipe pour son entraîneur, qui va devoir jongler avec les jours de repos de deux joueurs qui partagent le même corps, choisir quand l’utiliser comme lanceur, quand l’utiliser comme DH, et quand s’autoriser à exploiter les deux rôles d’Ohtani dans le même match.


#4284

A la différence que lui est réellement utilisé avec le dock de temps en temps. ( ͡° ͜ʖ ͡°)


#4285

Oh vu les records qui tombent, j’irais même jusqu’à suspecter que tous les joueurs se servent du doc.


#4286

J’ai mis un Like sur ta blague, mais je me suis dit que t’allais pas le voir si je te le disais pas.


#4287

Un peu de Wenger vintage pour saluer l’annonce de son départ d’Arsenal après VINGT-DEUX ans putain c’est maboule ce mec était dans le club avant la sortie du premier Tomb Raider.

L’annonce de son arrivée à Arsenal :

Son départ de Nagoya, club dont il a marqué la jeune histoire en une saison, quelques jours plus tard (avec des sous-titres dans les options) :

Mais je comprends qu’il raccroche les crampons : il faut qu’il rentre jouer à SakaTsuku !