Quand Boulette se met au sport...

#4383

Ça va (presque) plus vite de lister les cas dans lesquels le PSG est éliminé :

  • Si défaite du PSG + victoire de Liverpool
  • Si match nul du PSG + défaite de Naples 3-4 (ou 4-5, etc) ou par deux buts d’écarts au moins.

J’avais même pas souvenir que ça pouvait être aussi compliqué. Ça vient du fait que les trois premiers peuvent se retrouver ex-æquo, auquel cas les matchs contre le 4e sont retirés du calcul.

En tout cas cette saison de coupe d’Europe, pour l’instant quelle galère pour les clubs français. La victoire hier du Shakthor à la 92e minute (empêchant la qualification de Lyon, l’équipe déjà rejointe 3 fois au score à la 92e minute) était mémorablement tragi-comique.

Heureusement que Monaco est là pour nous assurer des calculs faciles.

0 Likes

#4384

Deux semaines plus tard, toujours aussi fan.

0 Likes

#4385

on prend maintenant des pincettes : le match devrait desormais se jouer le 9 decembre a Madrid (surprise, on avait cite plein de villes dont Asuncion, Miami et Abu Dhabi) a 19.30GMT. Je pige pas trop pourquoi la CONMEBAL a sorti ce match d’Amsud, mais la volonte semblait clair depuis le depart d’en faire un evenement planetaire. Ce sera donc encore affiche comme tel.
Visiblement, ils attendent quand meme des supporters et donneront part egal de tickets pour les 2 equipes. On est donc bien sur une finale, et on oublie le match aller.

Je me demande comment ca s’est gere au niveau des pubs et des diffuseurs toute cette mascarade…

0 Likes

#4386

Délirant, mais à la mesure de la farce que représente la CONMEBOL. Mais tu dis que le match aller est effacé ? Je ne verrais pas l’intérêt puisque cela s’était fini sur un match nul 2-2 et que la règle des buts à l’extérieur ne s’applique pas en finale.

Du coup, 20:30 à Madrid, c’est quasiment le même horaire qu’avant (17:00 à Buenos Aires), si le match a lieu.


Tribulations du foutcheballe français en Europe, suite.

Si on ne devait retenir qu’une seule image de la rencontre entre l’OM et l’Eintracht Francfort jeudi (défaite 4-0), ce serait celle-là : une passe en retrait de Luiz Gustavo qui rentre tout doucement dans son propre but. Le milieu brésilien voulait donner le ballon à Yohann Pelé. Il n’a pas levé la tête et n’a pas vu que son gardien n’était pas là… Un but ridicule - le premier CSC en 60 rencontres européennes du Brésilien -, comme le match des Marseillais.
[…]
Et que dire du troisième des Allemands, inscrit par… Bouna Sarr. Un but historique : il fallait remonter au 1er octobre 1975 pour trouver trace de deux CSC inscrits par une équipe française lors d’un même match en compétition européenne. Ce précédent exploit avait été réalisé par l’OL contre le Club Bruges en C 3.

image

0 Likes

#4387

oui, oui, je parle “de facto”. On a une equipe qui a accueilli et l’autre, bah non. Et au final, comme tout va se jouer sur un match, sans autre detail, sur terrain neutre, c’est “comme si” et comme l’an prochain donc.

0 Likes

#4388

Ci-dessous, le tirage des groupes de l’Euro. L’Allemagne et les Pays-Bas dans le même groupe ! La France se tape l’Islande et la Turquie. Pour rappel, c’est un Euro à 24 (blergh) donc les deux premiers du groupe sont qualifiés directement. Le système pour qualifier les quatre dernières équipes est un bordel sans nom lié à la Ligue des Nations.

0 Likes

#4389

Puisqu’on aime bien les instances et les magouilles decisions, voila donc enterinnee une 3eme coupe d’Europe qui n’aura par contre rien a voir avec feu la C2.
Pas encore de nom officiel pour cette “Coupe d’Europe des pauvres” mais des details :

  • lancement lors de la saison 2021-2022
  • 32 equipes
  • inclue bon nombre de fede qui n’ont pas d’equipes en UCL/EL
  • systeme de groupes puis eliminations (comme les 2 autres)
  • les 1er de groupes sont automatiquement qualifies pour les 16eme de finale
  • Les 3eme de l’Europa League joueront un playoff (aller-retour a priori?) contre les 2eme des groupes de cette coupe. Le vainqueur jouera les 16eme.
  • Le vainqueur de la coupe jouera l’EL l’annee suivante
  • Les matchs se joueront le jeudi, dont certains slots a 16h30 (ah bon).

En consequence, l’Europa League se reserre (sans doute la meilleure information du lot) et passe a 32 equipes (contre 48 cette annee).

Dans tous les cas, une reponse pour inclure plus de fede dans une sorte de ligue europeenne. Je sais pas qui a l’uefa kiffe les danisen, mais il a l’air de vouloir en coller partout : au milieu des compets vers le bas, et en fin de compet vers le haut. Ca ajoute a l’incomprehension et a la depreciation des compet a mon sens.

Edit : j’avais rate que justement l’UCL est egalement changee avec un playoff similaire pour le 3eme vs le 2eme d’EL (phase de groupe). Le gagnant joue le 16eme de l’EL (il etait automatiquement qualifie jusque la).

0 Likes

#4390

Finale débridée mais brouillonne entre River et Boca, avec deux équipes très engagées mais aussi très maladroites dans les 20 derniers mètres. River décroche la victoire en prolongations sur un but magnifique de Quintero puis un contre de corner à la dernière minute dans un but vide (le gardien de Boca était monté), juste après un dernier poteau de Boca.


Jubilo a battu les Verdy en Play-Offs pour rester en J1 l’année prochaine.


En NBA, fin de match fantastique du rookie Luka Donkic face à Houston samedi.


Mais l’action du week-end, tous sports confondus, c’est probablement la victoire sur le fil de Miami sur New England ce dimanche après-midi.

0 Likes

#4391

Je n’ai pas mon permis en foot US, du coup le côté “sur le fil” ne marche pas sur moi, je vois surtout qu’on continue à jouer alors que le chrono est déjà à 0’00. J’imagine que contrairement au hand ou au basket on ne s’arrête manifestement pas au timer, mais du coup ça marche comment pour que l’arbitre décrète que le match est fini ? C’est à la fin de la dernière possession, comme au rugby ? A la tête du client, comme au foot ? Au Vif d’or, comme au quidditch ?

J’ai vu d’un oeil et à moitié malade la fin de la finale de la Copa Libertadores (via RMC Sport, soit à peu près l’équivalent de regarder Gravity sur l’écran à Rapido d’un bar PMU). Je ne sais pas si c’était l’ambiance, les couleurs, l’engagement des joueurs ou juste ma fièvre, mais j’avais pas l’impression que ça se jouait en Europe, c’était amusant. En tout cas j’y ai vu plus d’intensité en 15 minutes qu’en une demi-saison du PSG. smiley_triste.jpeg

Un peu de sepak takraw féminin, parce que pourquoi pas.

0 Likes

#4392

le systeme de clock est assez precis en foot US et il y a une vraie dimension tactique a faire tourner la montre quand on mene par exemple (a jouer plutot au sol, la montre ne s’arrete pas) plutot qu’a enchainer les passes (qui lorsqu’elle sont “incomplete” arretent la montre). Idem avec le timeout.

Pour la fin (et les quart temps), il me semble qu’on n’arrete jamais un jeu a cause du temps. Une fois que le ballon est joue, ca va jusqu’au bout de l’action, un peu comme au basket, on comptabilise le panier s’il rentre apres le buzzer, si le tir a ete effectue avant.

0 Likes

#4393

C’est différent du basket dont le buzzer détermine le dernier geste autorisé du match, i.e. tant que tu tires avant le buzzer, ce qui se passe après comptera comme faisant partie du match.

Contrairement à tous les sports cités par @sop, le football américain a la particularité d’avoir des phases très précises de live ball et dead ball (balle “en vie” ou “morte”, je suppose). La façon dont le chrono tourne dépend de la façon dont l’action précédente s’est terminée (dead ball). Si une équipe a marqué, que le ballon est sorti du terrain ou envoyé en avant mais que personne ne le réceptionne, le chrono est arrêté. Dans les autres cas, donc tout cas de dead ball à l’intérieur du terrain (généralement quand un joueur s’est fait plaquer à l’intérieur du terrain), le chrono continue de tourner. Tu as aussi le droit de déclarer quelques temps morts stratégiques, que tu peux perdre si tu réclames le replay vidéo à tort.

Du coup, comme mentionné par @Loops la gestion du chrono est un aspect fondamental du sport. Le match se termine au buzzer et une fois que la balle est morte. En d’autres termes, tu as le droit de commencer une dernière action (phase d’attaque, coup de pied, engagement, conversion, ce que tu veux) avant que le buzzer ne retentisse, puis de continuer l’action jusqu’à son terme.

Ici, tout ce que les Patriots avaient à faire pour arrêter le match et le gagner, c’était arrêter le ballon. Le Quarterback de Miami lance une passe minable au milieu du terrain. Il suffit de plaquer, sortir hors du terrain ou juste stopper le mec qui a le ballon. Si tu écoutes le commentateur, il commence même à tirer la conclusion du match. Sauf que Miami va réussir, improbablement, à arriver au bout du terrain indemne, en se débarrassant du ballon les deux fois où le joueur allait se faire arrêter, comme une action de rugby, chose qui ne se fait quasiment jamais en foot US, à tel point qu’il y a un mot spécifique pour cette action : Hook & Ladder. Jusqu’ici, probablement le cas le plus connu :

(C’est même pas l’action la plus connue du match, d’ailleurs.) Hook & Ladder est normalement une trick play, donc une action tactique volontaire et rare, qu’on ne voit quasiment que dans des situations désespérées parce que statistiquement les chances de perdre le ballon sont nombreuses :
• les joueurs impliqués ne sont pas formés pour se passer le ballon
• si par malheur plus d’une passe est allée vers l’avant, l’action est invalide
• plus tu passes la balle, plus tu risques une dead ball
• quand tu perds le ballon dans tout autre cas qu’une passe vers l’avant, la balle reste “vivante” et donc la défense peut récupérer le ballon et même contre-attaquer directement dans la même action devant une équipe démunie (comme le dernier but de River Plate hier soir, en gros).

Donc statistiquement, ça ne vaut pas le coup, sauf en cas d’extrême mesure ou pour tromper l’adversaire (généralement c’est maquillé comme une autre action au départ). Mais dans l’action de Miami ce week-end, y avait clairement rien de prévu, ils ont improvisé avec les moyens du bord. D’où l’adjectif “miraculeux”.

0 Likes

#4394

Tiens, encore du foot US cocasse. Attention c’est un brin nerdy, je vous en veux pas si vous lâchez en cours de route.

C’est le début des Play-Offs en NFL, et les Philadelphia Eagles (tenants du titre mais médiocres toute la saison) ont battu, contre la majorité des pronostics, les Chicago Bears (meilleure défense cette année) au bout de nombreux rebondissements.

Notez déjà trois trucs :
#1 le Quarterback principal des Eagles s’est encore blessé juste avant les Play-Offs (comme l’année dernière) et son remplaçant Nick Foles fait des miracles (comme l’année dernière), presque au sens propre vu sa chatte inexplicable, au point où tout le monde se demande pourquoi ce n’est pas Nick Foles qui démarre tous les matches.
#2 bon exemple de sa chance de Gontran pennsylvanien, le kicker adverse Cody Parkey qui arrive à toucher le poteau puis la barre des buts sans inscrire les points qui auraient fait gagner son équipe à la dernière minute. L’action est déjà baptisée “the double doink:heart: Il avait déjà réussi l’exploit plus tôt dans l’année de toucher quatre fois les montants dans le même match.
#3 Cet ours. :heart:

Mais donc, le sujet du jour. C’est l’action qui démarre à 4m55s dans la vidéo ci-dessus. Vous remarquerez qu’à 5m20s, le commentateur compte les pas du joueur (“One, two… Three steps!?”). C’est parce qu’on considère depuis peu que le joueur a la possession de la balle s’il parvient à enchaîner au moins trois pas ou foulées avec la balle dans ses mains.

On ne dirait pas comme ça, mais cette action a foutu un bordel monstre dans le stade, à la télévision, et dans les foyers (et réseaux sociaux) américains, car personne n’a compris la décision des arbitres de considérer cette action comme incomplète. Autrement dit, les arbitres ont considéré l’action s’est déroulé comme si le joueur n’avait jamais eu possession de la balle. Personne n’a compris pourquoi car personne ne connaissait la bonne règle spécifique à cette action précise (sauf l’arbitre principal) car le foot US c’est plein de règles compliquées que personne ne comprend vraiment comment c’est censé se jouer.

Heureusement, il y a le podcast Virtual Legality, dont je voulais justement parler sur Boulette car il traite généralement de législation et de problèmes juridiques liés au jeu vidéo. C’est un podcast intéressant si vous aimez ces choses là. Mais aujourd’hui, en bon Chicagolais, le mec préfère parler du match de dimanche, et donc il explique ce qui s’est passé, ce qui n’allait pas dans l’action, et pourquoi les arbitres ont fait le bon choix au final.

0 Likes

#4395

Je crois que les fans de Leeds aiment bien leur nouvel entraîneur Marcelo Bielsa.



Excellente vidéo sur la crise économique qui touche le football turc. Au moins, le niveau de l’équipe nationale devrait grimper d’ici les prochaines qualifs pour le Qatar, ce qui tomberait bien géopolitiquement puisque les deux pays se sont fortement rapprochés ces dernières années (d’où le positionnement d’Erdogan pendant l’affaire Khashoggi).

1 Like

#4396

Quel match ! Il reste d’ailleurs le Français Pouille en lice, qui jouera son huitième ce lundi matin [edit] il a gagné.


Très long article bien documenté sur la génèse de la victoire historique des USA sur l’Angleterre lors de la première participation de ces derniers à une Coupe du Monde, au Brésil en 1950. On parle souvent de l’exploit en lui-même car ça reste un des plus gros exploits de l’histoire de la compétition avec les victoires de la Corée du Nord (sur l’Italie 1966), de l’Allemagne (sur la Hongrie 1954), du Caméroun (sur l’Argentine 1990) et du Sénégal (sur la France 2002). Mais cet article explique comment et pourquoi la Seconde Guerre Mondiale avait contribué à soudainement renforcer le niveau de l’équipe nationale Yankee. Ca finit sur une note un peu plus philosophique.


Elle est quand même sympa, parfois, cette saison de Ligue 1. Pour des raisons différentes, content d’avoir pu choper ces deux matches ce week-end.


On est certes loin du niveau particulièrement élevé de la Premier League cette saison, ou de l’homogénéité du championnat espagnol (seulement six points d’écart entre le huitième et le premier relégable).

0 Likes

#4397

Par contre, deux matches que je regrette d’avoir loupés, ce sont les finales de conférences de la NFL ce dimanche, mettant d’ailleurs aux prises les quatre meilleures équipes de la saison régulière. Deux parties à rebondissements qui ont partagé le destin de finir aux prolongations ; une première à ce stade de la compétition. (Il me semble que l’incrustation vidéo est bloquée dans certains pays, désolé.)

Clin d’œil de l’Histoire du sport, la finale du championnat disputée à Atlanta sera une revanche du Superbowl XXXVI disputé en février 2002 et qui avait vu le jeune QB remplaçant Tom Brady gagner, contre tous les pronostics, le premier Superbowl de l’histoire des New England Patriots face à une superbe équipe des Rams (basés à l’époque à Saint-Louis). Dix-sept ans et quatre autres titres de champion plus tard, Tom Brady partira favori cette année.

Mais la soirée aura surtout été marquée par ce qui fut sans doute la pire erreur d’arbitrage de l’histoire de la NFL. Oups.

Je préfère en retenir le positif : les mèmes et vannes autour de Tony Romo, récent QB retraité qui ne cesse de prédire les actions offensives de tous les matches depuis deux saisons qu’il commente à la télévision, et a de nouveau fait des siennes lors de New England @ Kansas City.

Florilège :

0 Likes

#4398

A quelques années de l’improbable Coupe du Monde 2022 en principe disputée chez eux, le Qatar vient de réaliser le plus gros exploit footballistique de son histoire (enfin, je compte pas “chourrer Neymar à Barcelone”) en battant la Corée du Sud pour se qualifier pour les demi-finales de la Coupe d’Asie. C’est déjà de facto leur meilleur résultat dans la compétition.


En demi-finales, ils viennent d’étriller les Émirats Arabes Unis chez eux, victoire dont la portée diplomatique est particulièrement savoureuse pour les Qataris.

Prochaine étape : le Japon en finale, vendredi.


Eh beh. C’est évidemment le premier titre de l’histoire du pays. Le premier but est magnifique.

L’histoire est moins belle, mais c’est sans doute le champion le plus improbable depuis l’Irak en 2007.

0 Likes

#4400

O… OK.

0 Likes

#4401

Désolé, le sujet est un peu glauque mais on se demandait comment FIFA et PES allaient gérer la disparition soudaine du joueur Emiliano Sala.

Dès l’annonce de la disparition en mer de l’avion transportant Emiliano Sala, sa carte FUT avait fortement été réévaluée. Un effet pervers du mode le plus joué de FIFA 19 devant lequel EA Sports n’avait pas manqué de réagir, plafonnant sa valeur marchande assez promptement. Mais depuis la confirmation du décès de l’attaquant argentin, l’éditeur de la simulation sportive a tout simplement décidé de retirer Emiliano Sala du jeu, tandis qu’il ne sera plus proposé dans les packs de FIFA Ultimate Team (où son prix actuel n’augmentera plus).

En ce qui concerne l’autre jeu de foot proposé annuellement sur consoles, PES 2019, le décès de l’ancien numéro 9 du FC Nantes n’a toujours pas été acté. En guise d’hommage, Konami a plutôt peaufiné l’apparence physique du joueur lors de sa dernière mise à jour (ainsi que quelques attributs ne modifiant pas néanmoins sa note globale). La ressemblance est troublante.

Ladite update remonte à jeudi, il n’est donc pas exclu que l’éditeur nippon - réputé pour son manque de réactivité - ne retire lui aussi Emiliano Sala de sa production dans les prochains jours. Conserver le joueur dans PES 2019 pouvant également apparaître comme le meilleur moyen de saluer sa mémoire…


Restons en ligue 1 avec une analyse du PSG de Tuchel. Comme quoi, pas forcément besoin de Neymar, ni de Cavani, ni de Meunier, ni de Rabiot, ni de Verratti… Euh…

0 Likes

#4402

Zion continue d’être l’athlète le plus divertissant de cette année 2019. Dernier épisode en date, en plein match de gala face à l’université de Caroline du Nord (ancienne équipe de Michael Jordan notamment), une des confrontations les plus attendues de la saison au point que Barack Obama était dans le public, Zion a réussi à faire exploser sa chaussure.

Heureusement plus de peur que de mal, on craignait qu’il se soit croisé les ligaments mais c’est juste une vilaine entorse du genou. Par contre, énorme migraine pour Nike qui a payé des millions pour être l’équipementier de son équipe, Duke. Mis à part l’embarras d’être couverts de ridicule sur Twitter, leur action a aussi perdu 2% dans la foulée.

Ce qui relance aussi le débat des athlètes universitaires, qui pour info ou rappel ne sont pas payés par leur équipes en conséquence de leur statut amateur, et ce malgré les millions de dollars que brassent ces universités sur leur dos, les obligeant par exemple à porter des fringues qui pourraient (dans le cas présent) ruiner leur future carrière pro.

1 Like

#4403

Centième titre pour Federer.

Il lui reste dix trophées pour passer devant Connors. Nadal et Djoko ont encore du chemin.

  1. United States\ 23x12 Jimmy Connors 109
  2. Switzerland\ 16x16 Roger Federer 100
  3. Czechoslovakia\ 23x15/United States\ 23x12 Ivan Lendl 94
  4. Spain\ 23x15 Rafael Nadal 80
  5. United States\ 23x12 John McEnroe 77
  6. Australia\ 23x12 Rod Laver 74*
  7. Serbia\ 23x15 Novak Djokovic 73

*Notez toutefois que le classement ci-dessus n’inclut pas les titres de Rod Laver gagnés avant l’avènement de l’ère Open en avril 1968 ; sinon il faudrait lui rajouter 54 titres en amateur et 74 en professionnel…

0 Likes