Qu'ouije ?

Rappelez-vous, Telephone tout ça. Quand je pense que j’envoyais des mails à Nataly début 2010 pour leur demander quand ils allaient passer sur Paris ou Londres, “ah mais tu sais on a pas d’argent, l’Europe c’est cher depuis San Francisco” et aujourd’hui ils en branlent pas plus maintenant qu’ils sont trop occupés avec Patreon, dont Jack est toujours le CEO. Le site vient de passer les 3 millions d’utilisateurs et commence à galérer avec sa taille actuelle.

D’ailleurs je me demandais combien eux gagnaient avec Patreon (je suppose qu’ils sont de facto la première page Patreon ?). Ils gagnent environ 8000$ par mois.

Récemment, ils sont revenus à un rythme d’une chanson par semaine, même si je trouve leurs choix de reprises pas toujours heureux, ou inspirés. Mais j’ai bien aimé Lisztomania cette semaine.

1 J'aime

L’interview a sûrement bien été préparée avant (et le host connaît probablement le japonais),
mais regarder ailleurs comme ça pendant les réponses, je trouve ça un peu dérangeant en tant que spectateur.
Ils auraient pu faire des gros plans lors des réponses aussi.

Reprise merdique qui prouve une fois de plus qu’on ne reprend pas aussi facilement du chiptune

Pour le week-end, un épatant petit combo de mixtapes explorant la pop 80’s indonésienne, à mi-chemin entre une BO d’Orange Road, Michel Delpech et votre petit neveu qui découvre des presets sur un synthé Yamaha.




2 J'aimes

Du coup, Youtube me recommande un minidoc de Vice Indonesia (!) sur cette période dorée de l’indopop. Apparaît notamment devant la caméra Fariz RM, manifestement une légende locale qui est présente minimum une ou deux fois dans chacune de ces mixtapes (c’est lui qui introduit la première, par exemple).



Quelle science du timing, Square-Enix vient d’annoncer un Blu-Ray pour l’OST de Chrono Trigger. Si vous chérissez Mitsuda, aujourd’hui a également été annoncée la période d’admission pour la seconde tombola de tickets permettant d’assister aux concerts Chrono Cross du mois de novembre.

Excellent mix compilant les principaux samples Funk des Daft Punks.

Hommage fleuve de Chalumeau à Dick Rivers RIP hier comme Marielle.

Qu’ouije ? J’ouije des garces italiennes de droite qui se cachent au Japon pour chanter.

Alessandra Mussolini - Amore / アレッサンドラ・ムッソリーニ「アモーレ」

Sometimes, Japanese music can be somewhat unexpected. This is the case here with this album only released in Japan, and sung by none other than Mussolini’s granddaughter, Alessandra.

Tracklist:
00:00 – Tokyo Fantasy
03:40 – Carta Vincente
07:31 – Amai Kioku
12:18 – Insieme Insieme
16:17 – Love Is Love
20:18 – E Stasera Mi Manchi
23:46 – Tears
27:39 – L’Ultima Notte D’Amore

With two songs in Japanese, two in English (arranged by Hiroshi Sato of all people) and three in Italian, this album provides us with a unique combination of European variety and Japanese city pop, for an overall very interesting experience. Among the musicians, we can find several big names: Hiroshi Sato and Hiroyuki Namba on the keyboards, Makoto Matsushita and Chuei Yoshikawa on the guitar, etc.

Le refrain d’Insieme Insieme est le bijou caché de l’album. Alessandra que vous connaissez peut-être mieux depuis qu’elle est une figure prominente de la Droite conservatrice (quoi d’autre), dans le parti politique de Berlusconi. C’est aussi la nièce de Sophia Loren, si les potins de 1962 vous branchent.

1 J'aime

Evidemment, le premier commentaire que je vois: “Still waiting for Hitler’s grandson to drop his album from Argentina…”.

Belle trouvaille !

Plein de morceaux qui me restent en tête ces jours-ci, bonne année pour la zique de JV.

3 J'aimes

Oh, la bonne nouvelle.

GK wrote:
À propos de Wayô Records, ajoutons qu’une campagne Kickstarter ouvrira demain pour fêter les 25 ans de Little Big Adventure avec une suite symphonique menée par Philippe Vachey, le compositeur d’époque.

image

1 J'aime

Pour les amateurs de MIDI et de Tatsuro Yamashita, un album tout ce qu’il y a de plus officiel sorti sur disquette en 1992, reprenant plusieurs de ses titres en MIDI.

L’originale pour ceux qui voudraient comparer.
J’ai vu passer quelques OST dans ce format au Japon (Phantasy Star IV, Ys, Brandish, etc.).

2 J'aimes

Puisqu’on parle midi, j’en profite pour poser ça :

(Le nom vient bien du Black Midi mais en fait ça n’a rien à voir)

Ça fait six mois que ça s’emballe énormément autour de ce groupe londonien, et dieu sait que c’est rare de voir les gens s’exciter sur un truc à guitares en 2019. C’est d’autant plus surprenant que leur musique rappelle des groupes pas super évidents (Slint ou Jesus Lizards). Perso j’y crois à fond.

Premier album dans le courant de l’année chez Rough Trade.

2 J'aimes

Idles était pas une des sensations de l’année dernière ? C’était juste une fixette du RPU ?


Le Brésil aux couleurs de l’été avec Oblivion de Luar.


Sinon grosse attente perso, notamment parce qu’il y a une intro toute en franponais manifestement assez impayable, pour l’imminent Ça Va ? de Vickeblanka qui habille les nouvelles pubs de Spotify Japon et devrait être un des tubes de l’été sur l’archipel. Le morceau passe d’abord en exclu sur la station J-Wave mais sortira dans le commerce à partir du 5 juin.



Autre candidat sucré au titre de tube de l’été, Darling Darling de She is Summer.

Je suis pas hyper fan d’Idles mais de ce que j’ai écouté (les singles) c’était du post-punk post-hardcore politisé sans grosse surprise. Je crache pas dessus hein, j’écoute des groupes comme ça tout le temps et ça peut donner des supers albums, par exemple j’ai beaucoup aimé le Protomartyr d’il y a deux ans qui avait eu d’excellentes reviews.

Mais c’est finalement rare de tomber sur des artistes qui cassent un format ou ont une identité surprenante.

King Gizzard a un peu de ça et ils ont développé un culte hyper investi à partir de nonagon infinity, même si c’est un groupe trop productif qui part dans tous les sens, et qu’on pourrait arguer du fait qu’ils ont simplement remis au goût du jour des éléments que les gens considéraient comme ringards, genre l’esthétique Hawkwind et le métal proggy option flûte de pan.

Je crois que le dernier grand album à guitares, à la fois novateur, influent et rempli de bonnes chansons, c’était Public Strain de Women et ça fait plus de dix ans. C’est un album qui n’avait pas eu une réception folle à la sortie mais qui depuis a été pompé par beaucoup de groupes. Mais j’oublie certainement du monde, et je suis forcément passé à côté de pas mal de choses (après je suis d’avis que les classiques finissent toujours par ressortir, même si le paysage contemporain de la discussion sur la musique ne facilite pas l’émergence d’un roman officiel comme ca pouvait être le cas jusque début 2000).

Je saute du coq à l’âne mais on fête ce printemps les vingt ans d’une brique fondamentale du Hip Hop japonais, The Positive Gravity de Soul Scream. Deuxième mais déjà antépénultième album du groupe, dont les membres sont rapidement partis bâtir leur projets solos sans officiellement jamais démanteler leur formation. C’est la concrétisation du son entendu dans leur album inaugural The Deep, déjà une première tentative fascinante de ralentir le rap pour en faire une expérience low tempo pas si loin du son popularisé par les rappeurs de Houston quelques années plus tard.

J’y repensais par je ne sais plus quelle association d’idée aujourd’hui, pris soudain d’une irrépressible envie de ré-écouter le diptyque 7つの敵 Nanatsu no Teki + 7つの味方 Nanatsu no Mikata (ci-dessous respectivement à 19m41s puis 24m03s dans l’album) qui n’a pas pris une ride.

Et pour ne rien gâcher, je découvre que l’album a récolté le Meilleur Commentaire Youtube™ de 2017.

hiphopsaturn

1 J'aime

Un bon portrait, un peu déprimant, de David Berman dans le Post à l’occasion de son comeback dix ans après le split des Silvers Jews. Le groupe n’a jamais vraiment percé hors des Etats-Unis mais c’est un des plus grands paroliers du rock U.S., no contest.

Si vous avez la rame de lire mais êtes quand même curieux du groupe, leur classique American Water et son ouverture mythique (“In 1984 I was hospitalized for approaching perfection”).

Et son nouveau projet, Purple Mountains.

2 J'aimes

Je repensais aux grands albums à guitares récents, ce serait quand même dur de ne pas citer le retour de MBV en 2013 après vingt ans d’absence. On savait que Kevin Shields avait jeté à la poubelle un album entier inspiré par la jungle 90’s type Roni Size, on a enfin pu voir ce que ça donnait avec Wonder 2. Pour les fans d’aspirateur et d’hélicoptère.

Julia Holter était récemment chez KEXP pour jouer quelques morceaux d’Aviary. C’est vraiment une bonne porte d’entrée dans un album à la fois long et très touffu. Tout ce qu’elle fait est intéressant, je conseille toute la disco (Have You In My Wilderness est le point de départ le plus évident). Dès la troisième minute ça part bien en sucette.

Un leak impressionnant cette semaine, puisque plus de 17 heures d’enregistrements studio de Radiohead se sont retrouvées sur le net, soit toutes les sessions d’OK Computer. Les sites de fans se sont mis au boulot pour faire le tri, mais comme indiqué dans l’article, c’est surtout les trois versions alternatives de Lift qui mettent tout le monde en émoi. Le morceau avait été enregistré à l’époque et joué live, avant que le groupe renonce à le sortir par peur de se retrouver avec un autre tube à la Creep. Ils l’avaient finalement publié pour les 20 ans d’OK Computer.

Lift version officielle de 2017.

J’ai pas encore pu écouter les nouvelles versions, mais j’ai jamais été super fan. Dans le registre “morceaux obscurs de la période”, je lui préfère de loin Polyehtylene (la face B du single de Paranoid Android).

Le Monde livre son compte-rendu sur le concert de BTS à Paris. Je suis toujours surpris de voir à quel point les fans insistent sur la sincérité et l’authenticité d’un groupe dont le processus de fabrication est largement documenté (nonobstant leur talent évident de performers).

Ma fille est plutôt Twice, alors je finis là-dessus :

1 J'aime

Le voilà. Il faut croire que Bohemian Rhapsody influence déjà la nouvelle génération. On en fait vite le tour, j’ai l’impression.

Bonus pour la route et pour éviter de froisser les égos des services de streaming qui nous espionnent, le morceau choisi par Apple Japon pour les pubs d’Apple Music. Je crois que je le préfère au morceau de Spotify.

1 J'aime