[Supa Pivot Country Club] La tanière des polyglottes


#301

Je rattache ça aux codes des UV à l’Inalco : JAP 100, 101, 102, 103, puis en deuxième année 200, 201, 202…
Du coup ça m’a toujours semblé naturel.


#302

Oui “101” c’est généralement le niveau le plus facile d’un cours. Et on dit “one-oh-one” si quelqu’un se posait la question :slight_smile:


#303

Si toi aussi tu étais persuadé qu’omertà devait être un cousin sicilien d’omettre au participe passé.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Omert%C3%A0_%28loi_du_silence%29

Du coup je refuse d’aller voir l’étymologie d’omettre.


#304

Ca date de Noël mais je suis bien à la bourre sur mes numéros : un article du New Yorker sur un hobbyiste qui invente un langage et en perd le contrôle (enfin c’est un peu plus compliqué que ça, mais je vends mon article :D). On dirait du Gibson, je me demande encore si tout cela n’est pas du gros pipeau. Vraiment, un de leurs meilleurs reportages depuis des mois.


#305

Intéressant ces différents langages créés.


#306

Cet article est assez génial, merci Tanguy Tristan pour ton travail de veille sur le New-Yorker!!

Edit : Corrected…
:bouh: :blush:

Désolé, fatigue tout ça…


#307

Euh, les pépites du New Yorker, c’ést généralement Tristan, hein :slight_smile:


#308

Tristanguy


#309

Okéguy :slight_smile:


#310

Topéguy !


#311

Avis aux amateurs : l’atelier diktée du moment sur Le Monde.fr est bien velu.


#312

Coucou les gens de Boulette qui parlent japonais. Dites, dans le genre “référence culturelle facile d’accès et à la langue très claire”, comme les Beatles pour l’anglais, il y a des groupes ou des séries particulièrement conseillables pour se mettre au jap ?


#313

Euh… Sazae-san ? Mais je vois pas trop ton image avec les Beatles…

Sinon, les films de Miyazaki…


#314

New Nelson est pas mal, c’est vraiment les Beatles du japonais (d’ailleurs ils utilisent aussi l’anglais). Mais leur disco est interminable, il y a vraiment à boire et à manger. D’ailleurs, j’oublie régulièrement certains de leurs tubes, sans parler des imbitables sleepers.

Plus sérieusement, je ne crois pas que la pop-culture permette de “se mettre au jap” (je déteste cette abréviation), d’autant que tu n’es que spectateur. Tu peux écouter n’importe quoi du moment que ça articule un minimum, ça permet de rester familiarisé avec le son de la langue, mais faut pas rêver, l’apprentissage des structures est plus fort que toutes les ritournelles et séries (là encore, tu peux mater n’importe quoi du moment que les personnages articulent un minimum. Peut-être privilégier les séries qui traitent du quotidien à la Maison Ikkoku? Peu importe en fait, du moment que tu évites les séries à personnages hystériques façon Excel Saga, et les trucs “d’époque” façon “sessha de gozaru”).


#315

Ok, merci pour vos réponses.
Shion : l’anglais des Beatles est très simple, très scolaire, du coup à l’oreille c’est assez idéal pour un débutant (bon, sauf â commencer par Sht Pepper évidemment…).

@abuzeur : je prends des cours de structure à côté (Hirake nihongo, mon ami depuis six mois), mais je cherche justement à compléter “par l’oreille”, histoire d’assimiler à l’usage les structures contre-intuitives pour un francophone.


#316

Ca vous choque “je n’ai que moi à blâmer” ? Ca se dit en France ?


#317

Ça passe, mais je ne crois pas que ça se dise trop. “Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même”, ce serait plus idiomatique, non ?


#318

/!\Ceci n’est pas un post sur la musique /!
(bon ok un peu si)

Deux semaines plus tard, j’ai trouvé mon bonheur : Happy End happiendo, éphémère et influent groupe de rock des années 70. J’aime bien le son, ils ont la politesse de bien articuler, et le vocabulaire est plutôt simple. Je comprends pas tout, mais j’ai l’impression que je pourrais comprendre.

et surtout


Que j’écoutais d’une oreille distraite il y a dix ans (BO de Lost in Translation).

Sauf si vous me dites qu’en fait c’est du kansaiben de yakuza drogué, je crois que je vais écouter ça en boucle jusqu’à ce que comprenette s’en suive.


#319

C’est un des premiers groupes d’Hosono, un des fondateurs de YMO. Kazemachi Roman est pretty much l’album le plus important de l’histoire du rock nippon et le point de départ du concept de nostalgie du Japon perdu / dualité “entre tradition et modernité” qu’on retrouve encore aujourd’hui dans la nostalgie shōwa manufacturée, le succès des films Always ou encore les couchers de soleil de Makoto Shinkai. C’est l’équivalent culturel de Revolver en Occident, quoi. Mais je vois pas en quoi ça va t’aider à apprendre le japonais plus efficacemment que de suivre une série télé moderne ou même Kinpachi Sensei. Je pense que c’est justement plutôt le genre d’album à écouter après avoir bossé le japonais et interagi avec le Japon plusieurs années. (Mais d’un point de vue purement musical, c’est un très bon choix, hein.)

bump

Mais en fait, maintenant que j’y pense, ce que tu devrais faire, c’est choper une Wii U japonaise et utiliser la Wii U Karaoke Channel ! Le Karaoke, c’est super pour apprendre le japonais.


#320

L’idée du karaoké est excellente (un peu moins quand on m’a entendu chanter, mais c’est un autre problème), merci. Reste à passer la barrière psychologique de s’équiper en deux Wii U alors que j’en utilise pas la moitié d’une, mais je mets ça de côté pour quand les prix baisseront.

Sinon pour te répondre, j’ai un double problème : je n’ai aucune mémoire, et je n’ai aucune mémoire. Donc j’oublie moins je retiens un peu mieux quand c’est en musique, et qu’accessoirement c’est plus facile d’écouter un album en boucle dans le métro qu’une série entière. Sinon comme je le disais il y a le besoin de rendre naturels, ou en tout cas de mettre en situation réelle, certaines structures de base sur lesquelles je butte (comme la forme en -te que je veux systématiquement assimiler à un gérondif à l’anglaise, ce qui marche des fois (souvent ?) super pas).

Après écouter la musique et les séries sont pas incompatibles, hein. D’ailleurs j’ai regardé le premier épisode de Maison Kikkoku (sous-titré en portugais, pour me punir de regarder le bas de l’écran), et à part le vilain coup de vieux, non, j’ai pas pu ^^

Sinon, errr, pourquoi Kinpachi Sensei en particulier ?

En attendant je continue avec Happy End, parce que, quand même, c’est vrai que c’est chouette.