[Supa Pivot Country Club] La tanière des polyglottes


#541

Dites-donc vous seriez pas en train de me dire qu’il y a un sujet, là ?

On sort un manga intitulé “転生したらスライムだった件” (super bien, achetez-le) qu’on a traduit par Moi, quand je me réincarne en Slime pour garder le côté net slang de Twitter des réactions “Moi, quand je <insérer un truc>”

Qui se trouve être rangé au bureau dans une armoire juste à trois mètres de moi. Je m’en vais le lire de ce pas, tiens !


#542

Voltaire:
Il a ramené deux choses d’Italie : la vérole et l’accord du participe passé.
Je pense que c’est le deuxième qui a fait le plus de ravages

L’accord du PP avec l’auxiliaire avoir est une des subtilités débiles de la langue Française que j’adore le plus (et qui doit rendre fous les étudiants étrangers). En Belgique, des femmes et des hommes courageux se mobilisent pour mettre un coussin sur le visage de cette règle héritée des moines-copistes.


#543

Tant qu’à copier sur les belges, je propose d’ajouter “septante” et “nonante” à notre vocabulaire. Ca permettra au moins de ne pas écorcher la formule “Le journal des jeunes de 7 à 77 ans” à l’oral.
En parlant de formule, je ne compte plus le nombre de fois où la citation de Tartuffe “couvrez ce sein, que je ne saurais voir” a vu son verbe troqué par un autre - cachez - permettant certes plus facilement les détournements dans des titres ou autres, mais occultant bien souvent l’aspect hypocrite de la réplique d’origine.


#544

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin et ne pas remplacer quatre-vingts par huitante ?


#545

Apparemment, huitante, c’est que dans certains cantons suisses ? Les Belges sont passés à quatre-vingts.
Je me demande ce qu’il en est au Québec…


#546

Oui, plus tu te rapproches de la france, plus quatre-vingts est commun (alors que soixante-dix et quatre-vingt-dix beaucoup moins), et ça progresse avec le temps, aussi à cause des médias français. Par exemple mon père disait huitante quand j’étais jeune mais passe son temps devant la télé à regarder des trucs français et dit donc maintenant quatre-vingts la plupart du temps.

Alors que moi, de nos jours, mon exposition à la culture franco-française est essentiellement textuelle (auquel cas quand je vois 80 je lis huitante) via internet, et donc je ne suis pas “contaminé”, et comme à la base je suis d’un coin à la limite est de la suisse romande, je dis huitante. Quatre-vingts pour moi c’est un truc de genevois et de vaudois de l’ouest, des citadins francisés à peine suisses (et pour eux je suis un paysan sorti des montagnes qui est assez bizarre pour comprendre les teutons).


#547

C’est utilisé dans la grande majorité de la Suisse Romande. J’ai toujours cru qu’une bonne partie de la Belgique l’utilisait mais selon cette carte je ne trompe:

Article associé de Français de nos régions (qui parle aussi du mystérieux “octante” que personne n’utilise).


#548

Ah c’est marrant. J’aurais pensé que Genève serait carrément plus du côté quatre-vingts, mais visiblement je ne parle pas aux bonnes personnes (ce qui est possible vu que j’ai bossé dans des boîtes qui ont un pied à l’étranger).


#549

Il y a probablement un biais dans cette carte – tous les français naturalisés genevois que j’ai pu rencontrer disent “quatre-vingts”, et la ville de Genève a une page spéciale à ce propos.


#550

J’ai jamais entendu “huitante” en Provence. Et je croyais que “Octante” avait disparu y’a 2 siècles.


#551

Je n’ai littéralement jamais entendu huitante en Pays Basque / Béarn


#552

En parlant de régionalismes, une collègue persiste à employer “à la dèche” tandis que je n’ai jamais entendu que “dans la dèche” ou “en dèche”.

“A la rue” à la rigueur mais je ne trouve rien pour contredire son emploi d’expression. Vous connaissez ?

(Octante, c’est tellement bien, je pense à le réemployer dès que l’occasion se présente)


#553

Par ici (Alsace), j’ai toujours entendu “à la dèche”. C’est donc différent en France de l’intérieur…


#554

En Lorraine on utilise les deux, “à la dèche” et “dans la dèche”.


#555

Les adaptations de manga, c’est aussi des points d’exclamation qui sautent. En français, on ne fait pas se suivre 2 points d’exclamation, mais je suppose que dans le cas présent, s’agissant d’un titre, d’autres éditeurs auraient choisi de ne rien changer.


J’avais un préférence pour la couv’ d’origine, plus resserrée et avec une police plus sobre, mais bon…


#556

Si c’était pour garder Stop et -kun, ils pouvaient peut-être garder ces deux points…


#557

C’est quoi le problème avec “stop” ?


#558

En français, ça passe, mais c’est pas un équivalent exact de Stop en anglais ou japonais. Ca se discute, mais je dirais que c’est un élément qu’on pourrait adapter pour avoir un titre plus naturel.


#559

Boulette, sais-tu s’il existe un équivalent français à drafting mouse ? J’ai cherché un peu partout, mais j’ai l’impression qu’on se contente de souris en français, ce qui n’est pas super précis.


#560

C’est quoi drafting mouse?